Sommaire
Senior Actu

Les seniors hommes atteints de la maladie de Parkinson sont plus sujets aux fractures

Selon une étude qui vient de paraître dans la revue spécialisée « Journal of the American Geriatrics Society », des chercheurs américains ont trouvé que la maladie de Parkinson chez les hommes âgés était associée à une plus faible densité osseuse et préconisent aux médecins de vérifier les risques d’ostéoporose chez ces sujets


Les scientifiques ont étudié un groupe de presque 6.000 hommes âgés de 65 ans et plus dont 52 étaient atteints de la maladie de Parkinson. L’idée étaient de déterminer l’existence d’une corrélation entre la maladie, la faible densité osseuse et les chutes chez ces sujets.

Il a été constaté que les aînés atteints de Parkinson avaient une densité osseuse plus faible dans la colonne vertébrale et dans la hanche. De plus, les parkinsoniens présentaient un risque de chute presque trois fois plus élevé.

Compte tenu d’une densité minérale osseuse plus faible qui entraîne une fragilisation des os d’une part et d’un risque accru de chute d’autre part, les seniors atteints de Parkinson voient donc les probabilités de fractures augmenter par rapport à ceux qui n’ont pas la maladie.

Les chercheurs conseillent donc aux hommes âgés atteints par la maladie de Parkinson de demander à leur médecin une vérification de leur densité osseuse. Les malades devraient aussi se renseigner sur les méthodes visant à renforcer le capital osseux par des exercices physiques et par des compléments nutritionnels apportant calcium et vitamines D et K.

Toutefois, les scientifiques précisent que les hommes ayant participé à cette étude étaient des personnes qui vivaient toutes à domicile (vs résidents en maison de retraite), plutôt en forme malgré leur maladie et de race blanche. Les résultats ne s’appliquent donc pas aux aînés atteints de Parkinson sévère, ni aux femmes, ni aux personnes âgées en établissements ainsi qu’aux autres communautés ethniques.
Les seniors hommes atteints de la maladie de Parkinson sont plus sujets aux fractures

La maladie de Parkinson est une atteinte dégénérative du système nerveux central qui se caractérise par la mort prématurée de cellules nerveuses situées dans la substance noire, une petite région profonde du cerveau impliquée dans le contrôle des mouvements.

Elle touche indifféremment les femmes et les hommes, et débute le plus souvent après 40 ans, mais parfois plus tôt. En général, les premiers signes apparaissent entre 50 et 70 ans. Elle affecte 6 aînés sur 1.000 de 65/69 et 30 sur 1.000 au-delà de 80 ans.

La maladie de Parkinson peut être traitée mais ne peut pas être soignée. Ce dérèglement nerveux cause des tremblements, des difficultés à se déplacer et des problèmes d’équilibre.


Publié le Vendredi 14 Octobre 2005 dans la rubrique Santé | Lu 2235 fois