Sommaire
Senior Actu

Les seniors divorcent plus... mais ils sont aussi nombreux à se remarier

L’Institut National d’Etudes Démographiques (Ined) a constaté en France une forte augmentation des divorces chez les personnes de 60 ans et plus au cours de la dernière décennie. En revanche, parallèlement, une étude américaine de l’AARP, puissant lobby américain pour la défense des personnes âgées, montrait que la presque totalité des seniors divorcés -hommes ou femmes- se remariaient au bout de quelques temps. C’est le cas de ces trois couples américains recomposés qui ont accepté de témoigner et d’évoquer l’histoire de leur nouvelle vie au quotidien local, le Norwich Bulletin.


William et Carolyn se sont rencontrés en 1999. Il avait 77 ans et elle 65 ans. Ils se sont mariés deux ans plus tard et « depuis c’est une lune de miel » indique le marié. Pourtant, Carolyn avait juré de ne jamais se remarier après le décès de son époux en 1991. Cependant « en vieillissant, vous avez envie d’avoir près de vous, une personne avec qui partager votre café ou avec qui regarder la télévision. La compagnie d’un homme me manquait » indique la « jeune » mariée. De son côté, William souligne qu’après la disparition de son épouse en 1997 « je savais que ce n’était pas la fin de la route. Cela ne pouvait pas en être ainsi, je suis trop actif ».

Cette histoire n’est finalement pas très différente de celle de nombreuses personnes âgées qui ont découvert que le besoin d’aimer et d’être aimé ne diminuait pas forcément avec l’âge. Ainsi, selon Nancy Sheehan, professeur associée sur la famille à l’Université du Connecticut, plusieurs changements sociétaux ont incité les seniors à se remarier après le décès de leur conjoint(e). Les gens vivent plus longtemps, ils sont en meilleure forme et plus actifs que les générations précédentes. De plus, la société a pris conscience et accepte mieux la sexualité des personnes âgées. « De nos jours, les tabous sont moindres à l’encontre des seniors et sur ce qu’ils devraient faire –ou pas- à leur âge » précise-t-elle.

Autre exemple. Bob, 85 ans et sa nouvelle femme Wini, 80 ans. Ils viennent tout juste de se marier. Pour elle, il s’agit de son second mariage et pour lui de son troisième. Aucun des deux ne supportait la solitude. « J’avais bien des amies avec qui j’allais faire des courses, mais en rentrant à la maison vous restez seule » avoue Wini. Pour Bob, les hommes, même amis, sont moins proches entre eux. Il restait occupé, mais il lui manquait la présence de quelqu’un à ses côtés. « On se retrouve sans ami et la famille a toujours autre chose à faire ».
© Senioractu.com 2005

© Senioractu.com 2005
Pour Linda Waite, directrice du Centre sur le vieillissement à l’Université de Chicago, le sentiment de solitude est courant chez les aînés. « Le besoin d’avoir de la compagnie ne disparaît pas avec l’avancée en âge » explique-t-elle. Et de préciser que même s’il n’existe encore aucune statistique officielle sur les mariages entre personnes âgées, ils augmentent. La société a évolué. Les mentalités changent. Selon elle, la popularité du Viagra pourrait être l’une des raisons qui expliquerait la recherche de nouvelles relations de la part des aînés. En effet, « la sexualité diminue avec l'âge mais maintenant il existe des rémèdes » précise-t-elle et de plus « on accepte mieux l’idée d'une vie sexuelle chez les personnes âgées ».

Dernier témoignage. Mary est âgée de 76 ans et Joseph de 78 ans. Ils viennent eux aussi de se remarier. Interrogés sur un éventuel sentiment de culpabilité à l’égard de leurs anciens conjoints, ils indiquent qu’ils aimaient leurs mari et femme lorsque ces derniers étaient encore vivants. « Il ne faut pas imaginer qu’ils disparaissent et que le nouveau partenaire prend sa place. Mon ancienne femme est toujours présente en moo » explique Joseph. « On a fait tout ce que l’on pouvait pour eux lorsqu’ils étaient encore de ce monde. Il n’y a pas de regrets à avoir ».

Mais il faut aussi savoir que ces mariages soulèvent parfois des questions délicates. Chez qui habite-t-on ? Avec qui décide-t-on de se faire enterrer ? Comment les enfants vont réagir ? etc. Dans ces trois exemples, les descendants n’ont pas posé de problèmes. La fille de Bob indique qu’elle était heureuse que son père ait pu retrouver quelqu’un. « Il est évident qu’ils s’aiment tous les deux » dit-elle. De son côté, Mary souligne qu’elle n’a pas demandé l’avis de ses enfants. « Je les ai réunis et je leur ai dit. Votre mère ne vous demande pas la permission, elle vous averti uniquement ». Selon Mme Waite, le remariage des parents est plus facilement accepté lorsque les enfants sont déjà adultes et qu’ils ont eux aussi à s’occuper de leur famille.

Globalement, il semblerait que ces couples soient parfaitement heureux. Pour Carolyn, « nous estimons tous les deux que notre second mariage est meilleur que le premier ». Il est vrai que la plupart du temps, ces individus n’ont pas –ou peu- de soucis financiers, qu’ils ne travaillent plus et qu’ils n’ont plus à s’occuper d’enfants. « Notre temps est bien à nous. Nous pouvons aller où nous voulons et quand nous le voulons » ajoute-t-elle. Enfin, un dernier petit détail et non des moindres, « une personne mariée a moins de chance d’être placée en maison de retraite » précise Linda Waite.

© Senioractu.com 2005
Aux Etats-Unis, on estime à 35 millions le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus, soit 12.4% de la population totale. Dans cette tranche d'âge on compte 20.6 millions de femmes et 14.4 millions d'hommes.

Plus d'une personne sur deux est mariée (56%), presque un tiers sont veufs(ves), 7% sont divorcées et 5% ne se sont jamais mariées. Presque une personne sur trois vit seule dont 7.5 millions de femmes et 2.4 millions d'hommes.

Pour en savoir plus, lire aussi :

Augmentation du divorce chez les boomers et les seniors


Publié le Lundi 17 Octobre 2005 dans la rubrique Société | Lu 2611 fois