Sommaire
Senior Actu

Les seniors coréens ne veulent plus vivre avec leurs enfants une fois à la retraite

L’effet conjugué de l’évolution de la cellule familiale sud-coréenne, du développement économique que le pays a connu depuis quelques décennies et de l’arrivée prochaine à l’âge de la retraite d’une nouvelle génération de seniors, entraîne un changement des pratiques ancestrales dans ce pays asiatique. En effet, une fois à la retraite, les personnes de 50 ans et plus –contrairement à la génération de leurs parents- ne désirent plus vivre avec leurs enfants, indique une récente étude.


Depuis quelques années, la société coréenne à tendance à s’occidentaliser. Résultat, l’attitude des seniors et envers les seniors a évolué. Ainsi, comme le montre une récente enquête réalisée par l’Association coréenne des personnes âgées (KARP), une majorité d’individus de 50 ans et plus (78%) refuse de vivre avec ses enfants une fois qu’ils auront atteint l’âge de la retraite.

Cho Young-won est âgé de 53 ans. Il gère sa propre affaire et prévoit de vivre séparément de ses enfants lorsqu’il aura cessé de travailler, indique un récent article du quotidien local Korea Times. « Vivre tous ensemble serait une pression inutile aussi bien pour les enfants, que leurs épouses et même pour nous, les parents. Les couples ont besoin d’une vie privée et j’ai suffisamment d’argent pour vivre seul » précise-t-il.

Ce quinquagénaire ne fait qu’illustrer l’opinion partagée par une majorité des gens de sa génération. De fait, selon cette étude qui a été réalisée dernièrement sur 231 personnes de 50 ans et plus, 85% des individus âgés de 50 à 55 ans refusent de vivre avec leur descendance une fois à la retraite. En revanche, les données sont radicalement différentes chez les plus de 70 ans puisque 65% de ces derniers indiquent en effet qu’ils veulent vivre avec leurs enfants.

« La principale raison de vouloir vivre sans les enfants s’explique par l’indépendance financière. Les personnes âgées de 50 à 60 ans, les baby-boomers nés après-guerre, sont parvenus à se constituer des réserves financières suffisantes pour ne pas dépendre de leurs enfants » indique l’une des responsables de cette enquête. « Par contre, les personnes de plus de 70 ans n’ont pas les moyens d’être indépendantes et doivent donc compter sur le soutien des jeunes » ajoute-t-elle.

De fait, si plus des trois-quarts (77%) des 50/55 ans précisent qu’ils règlent leurs dépenses grâce à leurs salaires ou aux revenus de leurs investissements, quatre personnes de 70 ans et plus sur dix indiquent qu’elles doivent être aidées financièrement par leurs enfants. .../...
Les seniors coréens ne veulent plus vivre avec leurs enfants une fois à la retraite

Mais un autre facteur vient expliquer ces divergences : l’évolution des relations parents/enfants. « Les jeunes adultes estiment désormais qu’ils ne sont plus obligés de garder leurs parents, et ces derniers pensent d’ailleurs de même. Ces générations sont devenues plus indépendantes et individualistes » précise la personne en charge de ce sondage.

Toutefois, ces vœux d’indépendance partagés ne doivent pas occulter une autre réalité : de nombreuses personnes âgées vivent seules et souffrent de difficultés économiques, soit parce qu'elles n'ont pas de travail, soit parce qu'elles n'ont aucun revenu pour subvenir à leurs besoins. La plupart du temps, ces aînés qui se retrouvent dans des situations précaires, ont été abandonnés par leurs proches et notamment par leurs enfants.

Enfin, toujours selon cette étude, lorsqu’on demande aux plus de 50 ans ce qu’ils espèrent laisser comme héritage à leurs enfants, 37% indiquent un bien immobilier, un tiers indique de l’argent et seuls 20% espèrent transmettre une « philosophie de vie ».

Pour en savoir plus, lire aussi :

Solitude et précarité : tel est le quotidien des seniors coréens


Publié le Mardi 17 Janvier 2006 dans la rubrique Société | Lu 920 fois