Sommaire
Senior Actu

Les seniors canadiens peu enclins à se préoccuper des effets du vieillissement sur leur apparence

Le Canada est l’un des pays où les baby-boomers et les retraités se préoccupent le moins des effets du vieillissement sur l’image qu’ils projettent indique le Baromètre AXA 2007 de la Retraite, étude internationale effectuée auprès de 11.590 personnes dans 16 pays.


En effet, selon cette étude internationale, seulement 20% des actifs (personnes qui travaillent) et 41% des retraités croient que nous devrions tout mettre en œuvre pour prévenir les effets du vieillissement. Il en est de même pour leurs homologues allemands (27% des actifs et 45% des retraités) et australiens (20% des actifs et 33% des retraités). La situation contraste avec la Chine, où les deux-tiers (66%) des actifs et les trois-quarts (73%) des retraités croient qu’ils doivent tout faire pour prévenir les effets du vieillissement sur leur apparence.

Par ailleurs, seulement 4,5% des Canadiens disent avoir eu recours à la chirurgie esthétique. Même si 9,5% des répondants canadiens affirment vouloir un jour subir ce type de traitement pour changer un aspect de leur physique qu’ils n’aiment pas, seulement 5,5% d’entre eux le feraient pour avoir l’air plus jeune.

Cela représente un important contraste avec l’Australie et les pays asiatiques, où les répondants sont plus enclins à avoir recours à la chirurgie esthétique. En effet, 9,5% des Australiens disent avoir déjà subi ce type de traitement, alors que les Japonais ont l’intention de le faire pour changer un aspect de leur physique qu’ils n’aiment pas (21,5%) ou pour avoir l’air plus jeune (13,5%). .../...

Être bien dans sa peau ou pouvoir de séduction ?
Au Canada, on pense majoritairement qu’avoir recours à ce type de traitement fait en sorte que l’on se sente mieux dans sa peau pour les trois-quarts des sondés, alors qu’un tiers des actifs et 20 % des retraités croient que c’est plutôt pour améliorer leur pouvoir de séduction. Cela est tout à fait à l’opposé des Asiatiques. En fait, 62% des Chinois actifs et 40% des retraités croient que la chirurgie améliore le sex-appeal. Il en est de même pour le Japon (42% des actifs et 24% des retraités).

Pour les gens riches et célèbres…
Tout comme la moyenne internationale, près du tiers des Canadiens (31% pour les actifs et 42% pour les retraités) croient que la chirurgie esthétique est réservée aux gens riches et célèbres. Le Canada est également l’un des pays où l’on associe le moins la chirurgie esthétique au rajeunissement (21%), point sur lequel l’opinion des Canadiens rejoint celle des autres pays anglo-saxons. Fait intéressant à noter, contrairement au reste du Canada, les Québécois sont plus nombreux à croire que la chirurgie esthétique peut rajeunir leur apparence (40%).

Et surtout pour les femmes…
Le genre est également un facteur qui influence considérablement l’importance accordée à l’image. En effet, contrairement à 20% des femmes, seulement 7% des hommes actifs à travers le monde auraient recours à la chirurgie esthétique pour avoir l’air plus jeune ou pour changer un aspect de leur physique qu’ils n’aiment pas. L’écart est encore plus important chez ceux qui achètent des produits anti-âge ou qui pratiquent l'épilation. 30% des femmes actives et retraitées achètent régulièrement ce type de produit, contre seulement 7% des hommes actifs et 3% des retraités.

Le Canada fait également partie des pays où l’on consomme généralement moins de produits cosmétiques anti-âge, et se situe dans la moyenne internationale à ce sujet. Seulement 18,5% des Canadiens utilisent de tels produits. Enfin, dans l’ensemble, les retraités ont plus tendance à se préoccuper de l’image qu’ils projettent que les actifs.

Le « Baromètre AXA de la Retraite » est une étude internationale dont les objectifs sont d’explorer et de comprendre les attitudes de la population à l’égard de la retraite et de confronter l’image de celle-ci à sa réalité.

L’étude, dont l’échantillon comporte des gens actifs et retraités, a été effectuée auprès de 11 590 personnes dans 16 pays, du 14 août au 10 septembre 2006 au Canada, par un consortium de firmes de recherche dirigé par le Groupe GFK et représenté par CROP au Canada. Les pays analysés sont les suivants : Allemagne, Australie, Belgique, Canada, Chine, Espagne, États-Unis, France, Hong-Kong, Italie, Japon, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni et Singapour.


Publié le Mardi 27 Février 2007 dans la rubrique Bien-être | Lu 6410 fois