Sommaire
Senior Actu

Les seniors allemands vont devoir travailler plus longtemps

Le gouvernement allemand a adopté la semaine dernière une série de mesures baptisée Initiative 50 qui visent à favoriser l’emploi des seniors et qui prévoit un recul de l’âge légal de la retraite qui passera progressivement de 65 à 67 ans d’ici 2029.


Comme tous les pays d’Europe, l’Allemagne vieillit. De plus, contrairement à la France, nos voisins connaissent l’un des taux de fécondité les plus bas d’Europe avec 1.36 enfant par femme, ce qui n’est pas suffisant pour le renouvellement des générations.

Dans ce contexte, d’ici une trentaine d’années, le pays comptera deux actifs pour un retraité, ce qui va entraîner de fortes pressions sur l’actuel système de retraites par répartition. Le gouvernement a donc décidé de relever progressivement l’âge légal de la retraite et de mettre en place des mesures qui visent à favoriser l'emploi des quinquas et plus.

Actuellement nos voisins germaniques doivent travailler jusqu’à l’âge de 65 ans pour pouvoir prétendre toucher une pension à taux plein. Mais le gouvernement a décidé la semaine dernière, qu’à partir de 2012, le départ à la retraite serait relevé graduellement, d’un mois par an jusqu’en 2023. Puis de deux mois par an dès 2024. Ainsi, les Allemands devront donc travailler jusqu’à l’âge de 67 ans d’ici 2029 pour toucher leur retraite complète.

Ce nouveau projet de loi prévoit toutefois des exceptions : les salariés qui auront cotisé pendant 45 ans pourront ainsi prendre leur retraite à 65 ans et toucher une pension à taux plein. Pour ceux qui décideront de s’arrêter plus tôt, leur retraite sera amputée.

L’un des syndicats local considère pour sa part que compte tenu du problème de l’emploi chez les seniors, ces nouvelles mesures ne vont faire que prolonger leur période de chômage. .../...
Les seniors allemands vont devoir travailler plus longtemps

D’ailleurs, le second « cheval de bataille » du gouvernement allemand est justement le chômage des plus de 50 ans. A l’instar de la France, l’Allemagne est également confrontée à la dure réalité du chômage senior. La moitié des sociétés allemandes n’emploient aucun salarié de plus de 50 ans et dans cette tranche d’âge, selon le ministère des Affaires sociales, seuls 45% travaillent (vs 37.9% en France). Le reste de cette population est en préretraite ou au chômage (souvent de longue durée).

Tout comme chez nous en France, les responsables politiques allemands tentent donc de faire changer les mentalités en matière d’emploi seniors. Et tout comme chez nous, la tâche est rude et ardue.

Le gouvernement prévoit donc la mise en place d’un programme de soutien à l’emploi des seniors (Initiative 50). Dans un premier temps, les employeurs embauchant un senior pendant au moins douze mois recevront une subvention de 30 à 50% du coût salarial. Il est également prévu une compensation partielle du manque à gagner (entre salaire et allocation chômage) pour les quinquas et plus acceptant un emploi mal rémunéré. Enfin, l’Anpe locale devrait également mieux rembourser les formations pour les personnels de plus de 45 ans.

Ces différentes mesures, adoptées la semaine dernière, devraient remettre 100.000 quinquas et plus sur le marché du travail et visent à faire passer à 50 % la proportion des salariés seniors d'ici 2009.


Publié le Lundi 4 Décembre 2006 dans la rubrique Emploi | Lu 4221 fois