Sommaire
Senior Actu

Les petits frères des pauvres luttent contre la maltraitance des personnes âgées

À l’approche de la 6ème Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées, qui aura lieu le mercredi 15 juin prochain, les petits frères des Pauvres continuent de rappeler leur engagement fort auprès des plus vulnérables.


Les petits frères des Pauvres, qui accompagnent près 8 000 personnes âgées en France, alertent et se mobilisent particulièrement contre la maltraitance financière envers ces personnes isolées et fragilisées afin que cessent ces pratiques inacceptables. Parce que la maltraitance peut revêtir différents aspects parfois difficiles à distinguer, l’association accompagne ses bénévoles et personnes accompagnées pour une meilleure appréhension de ces abus.

Vols, escroqueries, placements financiers non adaptés, modification de testament, procurations bancaires abusives, ventes forcées, surfacturations, ou simplement monnaie non rendue et petits emprunts jamais remboursés…

Le plus souvent les personnes âgées se taisent. Il n’est pas facile de dire que l’on s’est fait avoir, surtout lorsqu’il s’agit de quelqu’un de proche. Les personnes les plus exposées sont celles qui sont isolées. Elles font volontiers confiance à des gens qui leur montrent un peu d’attention et qui savent souvent se rendre indispensables.

Les petits frères des Pauvres alertent pour que cessent ces pratiques inacceptables. Parmi les problématiques de maltraitance rencontrées au sein de leur réseau depuis 2007, ils constatent que 39% de ces situations sont des maltraitances financières. Parmi celles‐ci, le démarchage par téléphone ou à domicile représente une part importante.

Souvent la maltraitance financière est associée à des abus psychologiques notamment quand elles se situent au sein de la cellule familiale dans le but de faire pression sur la personne âgée.

Des exemples

Des travaux à tout prix !

Monsieur B. se laisse convaincre d’entreprendre des travaux pour le traitement de son toit, avec un financement sous la forme d’un crédit qui le conduit à s’endetter. Après réflexion, il prend conscience tardivement du caractère abusif de la proposition. Il est très inquiet. L’association l’aide à s’orienter vers un organisme de défense des consommateurs qui dénonce la non‐conformité du contrat.

Un voisin trop intrusif

La bénévole qui accompagne Mme L., une personne âgée handicapée (alitée), constate que son voisin a des attitudes familières (rentre sans frapper) et des difficultés liées à l’alcool. Madame L. confie à la bénévole avoir prêté de l’argent à ce voisin. Elle est de ce fait en difficulté financière mais ne veut pas le dénoncer car elle le sait très fragile. Le risque sont l’endettement de la dame (ce qui a déjà eu lieu auparavant) et la violence du voisin lors d’une crise d’alcoolisation. L’association décide de renforcer l’accompagnement en y intégrant un bénévole masculin. Dès lors, la situation se stabilise. Les relations entre Mme L. et son voisin retrouvent un certain équilibre, notamment sur le plan financier.

Face à ce constat : la mobilisation des petits frères des Pauvres

Les petits frères des pauvres luttent contre la maltraitance des personnes âgées
Pour apporter un soutien aux personnes accompagnées par l’association, les petits frères des Pauvres proposent une écoute, une aide dans la recherche de réponses afin de permettre à chacune d’elles de faire valoir leurs droits : orientation vers des organismes de défense des droits des consommateurs, d’associations d’aide aux victimes, accompagnement dans le dépôt d’une plainte …

Pour prévenir les risques de maltraitance, les petits frères des Pauvres animent dans leur réseau, des groupes de travail sur la prévention de la maltraitance et forment leurs membres bénévoles et salariés en leur donnant des repères pour savoir agir face aux situations rencontrées.

Pour prévenir les risques de maltraitance financière, les petits frères des Pauvres s’adressent directement aux personnes qu’ils accompagnent –premières concernées– en mettant en place des séances de prévention sur les abus du démarchage à domicile. Ces temps de formation leur permettent de passer du statut de victime à celui d’acteur et offrent un espace d’écoute et d’échanges sur d’éventuelles autres formes de maltraitance.

Pour porter la parole des personnes vulnérables auprès des institutions et témoigner auprès du grand public, les petits frères des Pauvres se mobilisent toute l’année et plus particulièrement autour du 15 juin « journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées ». Ils ont contribué en 2010 au rapport remis au Médiateur de la République.

La France compte aujourd'hui environ 3 millions de personnes ayant plus de 80 ans. D'ici à 2040, elles seront sept millions. Les auteurs du rapport sur la maltraitance financière à l'égard des personnes âgées, rendu public le 3 février 2011 et remis au médiateur de la République Jean‐Paul Delevoye, alertent sur des situations inquiétantes et sur la nécessité d’une prise de conscience urgente. Les petits frères des Pauvres ont collaboré à ce rapport. Une proposition de loi visant à renforcer les droits des consommateurs en matière de démarchage téléphonique, a été adoptée le 29 avril 2011 par le Sénat et renvoyée à la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale.


Publié le Vendredi 3 Juin 2011 dans la rubrique Société | Lu 1834 fois