Sommaire
Senior Actu

Les patients Alzheimer ressentent la douleur aussi fortement que les personnes en bonne santé

Tout le monde sait qu’Alzheimer est une pathologie neurodégénérative très grave, mais l’absence de signes de souffrance –en apparence- tend à nous faire croire que ces patients ne ressentent aucun mal. Or, une nouvelle étude australienne vient démentir cette croyance : ces malades perçoivent bel et bien la douleur, et parfois plus que les autres.


Les patients Alzheimer ressentent la douleur aussi fortement que les personnes en bonne santé
Cette étude, menée par des scientifiques de l’Université de Melbourne (Australie) et de l’Institut national de recherche sur le vieillissement, parue sur le site internet Brain (Oxford Journal), montre donc que les malades atteints par la maladie Alzheimer ressentent bien la douleur, contrairement à ce que l'on a pu croire jusqu'à maintenant.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont étudié un groupe de 14 patients Alzheimer (maladie développée à un stade léger ou modéré) et 15 autres volontaires en bonne santé. Tous les sujets ont subi des pressions sur le pouce entraînant une douleur, et parallèlement, les scientifiques ont mesuré l’intensité de cette douleur par le biais de l’imagerie par résonance magnétique (IRM).

Les IRM ont ainsi montré que l’intensité de la douleur ressentie par les patients Alzheimer était aussi forte que celle des personnes « saines ». Dans certains cas, il semblerait même que la souffrance ait duré plus longtemps chez les personnes atteintes d’Alzheimer.

Pour les scientifiques, l’expression de la douleur se manifeste moins chez les personnes atteintes d’Alzheimer à cause de la maladie, ce qui laisse penser que ces patients ne ressentent plus la souffrance. D’autre part, contrairement aux personnes en bonne santé, ces malades n’auraient plus la capacité de « penser à autre chose » de manière à faire diversion et à soulager leur souffrance.

Cette étude soulève donc le problème de la prise en compte de la douleur –probablement largement sous-évalué- chez les personnes atteintes d’Alzheimer ou de maladies apparentées.


Publié le Mardi 3 Octobre 2006 dans la rubrique Santé | Lu 10149 fois