Sommaire
Senior Actu

Les opérateurs nippons de téléphonie mobile cible les seniors

Au Japon, comme dans de nombreux pays occidentaux, les ventes de téléphones mobiles commencent à être saturées malgré toutes les évolutions technologiques récentes et les nouveautés qui en découlent. Afin de développer de nouveaux marchés, les fabricants et les opérateurs nippons de téléphonie mobile s’intéressent depuis quelques temps à de nouvelles cibles, telles que les enfants mais aussi et surtout, les seniors qui représentent un potentiel de 25 millions de personnes.


Ainsi, selon un récent article de l’AFP, les opérateurs japonais de téléphonie mobile cherchent maintenant à séduire les personnes âgées, qui dans leur grande majorité, sont souvent réfractaires aux nouvelles technologies et ne font donc pas encore partie des 90 millions d’utilisateurs réguliers de téléphones portables.

En plus du marché des enfants, les opérateurs tentent donc désormais d’attirer les plus de 65 ans avec des appareils mieux adaptés à leurs besoins et leur utilisation. Un petit opérateur, Tuka, filiale du groupe KDDI a donc lancé en 2004 un portable, le S-phone, qui mettait en avant sa grande simplicité. Sa publicité indiquait même qu’il était vendu « sans mode d’emploi ». Sans écran, sans gadget et très solide, il dispose de grosses touches confortables, d’une batterie longue durée et d’un son fort et clair pour les déficients auditifs notamment.

Les autres opérateurs de ce secteur se sont donc, eux aussi, lancés sur ce marché avec des appareils plus simples et mieux adaptés à une clientèle vieillissante. Ainsi, NTT DoCoMo, le numéro un japonais, a commercialisé mi-2005 un nouveau modèle, le Raku-Raku (facile d’utilisation en japonais), issu d’une gamme éponyme spécialement conçue et réalisée pour les personnes âgées.

Il propose en plus de ses options habituelles, un outil qui permet de ralentir le débit de la voix du correspondant de manière à rendre l’écoute plus confortable et faciliter la compréhension du senior. Le fabricant espère que ce produit va améliorer le confort d’écoute des seniors. En appuyant sur un petit bouton qui se trouve sur le côté du téléphone, la voix de l’interlocuteur est immédiatement ralentie. La vitesse du débit baisse alors de 30% environ. En fait, les mots sont légèrement étirés et une seconde de silence s’intercale entre chaque phrase. Si ce « temps mort » devient plus long, l’appareil rebascule en mode normal.

Outre cette nouvelle option, le modèle Raku-raku propose aussi divers petits aménagements visant à séduire les seniors. Les touches sont un peu plus larges que la moyenne, l’écran permet de lire les messages en grands caractères et le son est plus fort et plus clair que dans les autres téléphones (lui aussi). Ce dernier point est important. En effet, selon une étude du fabricant, ce que les seniors reprochent le plus à un téléphone, c'est qu'ils n'arrivent pas à entendre correctement.

Toutefois, même chez les seniors encore peu adeptes de la téléphonie mobile, le marché change. Notamment avec l'arrivée des baby-boomers. Comme le souligne le porte-parole de DoCoMo « les ventes du S-phone (ndlr : de son concurrent Tuka) ont été fortes car les aînés étaient séduits par l’idée de posséder un téléphone réellement pratique d’utilisation. Cependant, nous devons faire face maintenant, à une génération de seniors actifs qui veulent des mobiles de dernières générations, comprenant toutes les nouvelles technologies, mais faciles à utiliser ».
Jean-Philippe Tarot © Senioractu.com 2005


Publié le Mardi 6 Décembre 2005 dans la rubrique Internet | Lu 4764 fois