Sommaire
Senior Actu

Les mutuelles se rassemblent pour lutter contre les maladies cardiovasculaires

Dans le cadre de Priorité Santé Mutualiste, démarche de l’ensemble des mutuelles pour permettre à tous leurs adhérents d’accéder à la qualité en matière de santé, et partageant la même volonté de prévenir les maladies cardiovasculaires, un nouvel accord* prévoit de permettre aux adhérents mutualistes âgés de 40 ans et plus, ayant plusieurs facteurs de risque, avec ou sans antécédent cardio-vasculaire, d’avoir recours à des séances d’éducation thérapeutique délivrées par des infirmiers, spécifiquement formés et exerçant en établissement et/ou en centre de santé.


Rappelons que l’on estime à environ 20 millions le nombre de personnes qui sont actuellement concernées par les pathologies cardiovasculaires en France. Elles représentent la première cause de mortalité tous sexes confondus, avec 150 000 décès d’origine vasculaires cardiaques et cérébraux par an, soit un tiers de l’ensemble des décès. En France, un décès toutes les trois minutes est d’origine vasculaire, cardiaque ou cérébrale.

Avec une mortalité prématurée d’origine cardiovasculaire la plus élevée d’Europe, la France connaît aussi des disparités régionales, et surtout sociales, marquées : un ouvrier a dix fois plus de risque qu’un cadre de faire un infarctus du myocarde et ceci n’évolue pas depuis plusieurs années. Au contraire, l’écart se creuse (données issues de l’Observatoire Régionale de la Santé et de l’Organisation Mondiale de la Santé).

Dans ce contexte, ces séances d’éducation thérapeutique visent à prévenir le risque des pathologies cardio-vasculaires, à diminuer la récidive et à faciliter l’action du médecin traitant en matière de coordination des soins et de pratiques coordonnées des professionnels de santé. Les infirmiers accompagneront, sous la responsabilité d’un médecin cardiologue et en coordination avec le médecin traitant, les patients dans la prise en charge de leur maladie ou des risques de pathologie cardio-vasculaire qu’ils encourent.

Pour mener à bien cette expérimentation, la Mutualité Française s’appuiera sur l’Ecole Européenne de Chirurgie, dont elle est co-fondatrice, pour assurer la formation des infirmiers et la délivrance d’un diplôme universitaire intitulé « Assistant en pathologie cardiaque ». « Ce dispositif de formation a déjà fait ses preuves au sein du service d’urologie du Pr Guy Vallancien de l’Institut Mutualiste Montsouris à Paris dans le cadre de la prise en charge des pathologies prostatiques » précise le communiqué de la Mutualité Française. Une fois diplômés, les infirmiers pourront délivrés des séances d’éducation thérapeutique dans les établissements de santé du GHMF et de l’UNEMH, ainsi que dans les centres de santé de l’UNSAM. Plusieurs d’entre eux se sont déjà montrés intéressés, notamment le service de cardiologie du Pr François Laborde de l’Institut Mutualiste Montsouris à Paris, mais aussi les centres de santé de la Fédération Mutualiste Parisienne, les établissements de Kerpape à Lorient, de Bois Gibert à Tours, de Sainte Feyre à Guéret ou encore la Clinique des portes de Lorient, et à Lyon la Clinique du grand large et la Clinique mutualiste.

*Accord signé entre la Mutualité Française, l’Ecole Européenne de Chirurgie (EEC), le Groupe Hospitalier de la Mutualité Française (GHMF), l’Union Nationale des Etablissements Mutualistes d’Hospitalisation (UNEMH) et l’Union Nationale des Services Ambulatoires Mutualistes (UNSAM).


Publié le Vendredi 18 Janvier 2008 dans la rubrique Finances | Lu 7007 fois