Sommaire
Senior Actu

Les hommes âgés : sujets à risque en matière de malnutrition… par manque de connaissances et pratiques culinaires

Une récente étude néo-zélandaise montre que les hommes âgés célibataires risquent plus de souffrir de malnutrition et donc de problèmes de santé, que les femmes seniors par manque de connaissance en matière de cuisine, de nutrition et d’alimentation. A tel point qu’aux Pays-Bas ou aux Etats-Unis, on propose depuis quelques années des cours de cuisines aux veufs et aux célibataires seniors.


Selon l’étude de Jennifer Bowden, spécialiste en santé et nutrition à l’Université Massey en Nouvelle-Zélande, de nombreux hommes seniors risquent de souffrir de malnutrition, et par conséquent de problèmes de santé, à cause d’une mauvaise alimentation quotidienne.

Son enquête a porté sur les habitudes alimentaires d’une dizaine de seniors vivant seuls dans le nord d’Auckland.

Au cours de leur vie, ils ont couramment consommé les petits plats mitonnés gentiment par leur femme, la plupart du temps une viande et trois légumes. En revanche, le jour où ils se sont retrouvés seuls (veuvage ou séparation), les choses ont changé… En effet, cette génération d’hommes n’a pas été habituée à s’occuper d’un foyer et encore moins, à faire la cuisine.

De fait, tout ce qui se rapproche de l’alimentation ou de l’art culinaire leur est étranger. Ils n’ont aucune notion de diététique, ne savent pas « lire » les étiquettes et sont souvent perturbés par l’abondance des produits dans les supermarchés.

La plupart d’entre eux n’a jamais entendu parlé des divers programmes de santé en relation avec l’alimentation et n’a donc pas conscience qu’il est recommandé de consommer cinq fruits et légumes par jour. Bref, ils cumulent les freins leur permettant de se nourrir sainement. .../...
Les hommes âgés : sujets à risque en matière de malnutrition… par manque de connaissances et pratiques culinaires

« Ces hommes âgés ne sont vraiment pas conscients de ce message de santé publique, alors qu’ils comprennent bien qu’il est nécessaire de réduire la consommation de sel, de graisses et de sucre » explique-t-elle. « Pourtant, avec le vieillissement de la population et la pression sur les services de santé qui en résulte, c’est d’autant plus important d’encourager ces messieurs à bien se nourrir, de manière à ce qu’ils soient en bonne santé le plus longtemps possible ».

Suite à son enquête, Jennifer Bowden recommande donc une meilleure organisation des transports publics permettant à ces hommes âgés de faire leurs courses et un assouplissement dans les entreprises permettant aux employés de s’occuper -quand c’est nécessaire- de leurs parents âgés. Elle souligne également que le manque d’argent est souvent un facteur de malnutrition. « Il faut organiser des cours de cuisine destinés à ces messieurs et leur montrer ce que l’on peut préparer avec un budget limité. Il faut aussi les informer sur les manières de conserver les aliments ».

De fait, ce genre d’initiative existe déjà aux Pays-Bas ou aux Etats-Unis et les résultats escomptés sont largement atteints. Décomplexés en l'absence de regards féminins, les seniors masculins acquièrent rapidement confiance en leurs capacités et en tirent rapidement les bénéfices. « C'est plus qu'une question de goût, c'est un bon « traitement », estime John Morley, Directeur du service Gériatrie à l'Ecole de Médecine de Saint-Louis. Les hommes âgés qui savent cuisiner sont en meilleure santé car ils mangent mieux et sont plus sociables. »

Preuve de la réussite de cette initiative originale, la présente croissante d'hommes mariés d'un certain âge qui souhaitent également aider leur femme en cuisine et assurer leur indépendance en cas de disparition de leur épouse.


Publié le Mercredi 24 Octobre 2007 dans la rubrique Nutrition | Lu 6702 fois