Sommaire
Senior Actu

Les conséquences économiques du vieillissement des populations sur les régions et départements

Dans le cadre du programme de la Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT) intitulé « Territoires 2030 », un rapport a été remis récemment au Premier ministre, soulignant les impacts du vieillissement de la population sur le maintien et le développement des activités de production, de commerce et de services dans les territoires, à l'horizon 2030, en portant une attention particulière aux PME/TPE.


Parmi les points qui semblaient a priori importants, le groupe devait se pencher sur la place des TPE dans les territoires, sur la satisfaction des besoins de services de proximité –notamment ceux engendrés par le vieillissement –, sur la transmission des entreprises et sur l’évolution des métiers et des emplois.

Il lui revenait de faire, dans ces domaines, des propositions en matière de politiques publiques, avec pour finalités : que les jeunes actifs ne fuient pas, que les résidents de longue date aient la possibilité de vieillir sur place en gardant un accès facile aux services qui leur sont nécessaires, que des retraités et des actifs puissent venir d’ailleurs, s’installer dans les petites villes, les bourgs et les villages, et enfin, que l’accueil qu’ils y reçoivent soit sympathique, mais également de qualité professionnelle.

Ces objectifs seront plus sûrement atteints, estiment les auteurs de ce rapport, si les actions sont précédées par une réflexion en profondeur sur les vieillissements et leurs conséquences multiples et systémiques, sur l’attractivité réelle ou supposée des territoires, sur les nouveaux rapports intergénérationnels et sur les dangers réels ou fantasmés qui pourraient menacer la cohésion sociale et le niveau de bien-être de nos communes. .../...
Les conséquences économiques du vieillissement des populations sur les régions et départements

Ce rapport est constitué de deux grandes parties : la première présente trois scénarii contrastés du vieillissement démographique : un scénario gris, celui de la continuité sans inflexion des tendances lourdes ; un scénario noir dans lequel la société française s’enfonce dans la guerre des âges et l’égoïsme exacerbé ; et enfin, un scénario rose, qui décrit l’âge d’or des cheveux gris.

La deuxième partie propose la synthèse des tendances et incertitudes liées aux conséquences des vieillissements, les enjeux pour l’activité des entreprises et des territoires et quelques pistes d’action proposées par ce groupe de réflexion.

Quelques faits surprenants sur les vieillissements, les activités et les territoires

- En 2030, la France pourrait compter 20 millions de personnes de plus de 60 ans, pour 31 millions de 20-59 ans et 14 millions de moins de 20 ans.
- Il faut relativiser le vieillissement dans les entreprises : l’âge moyen de la population en âge de travailler (20-59 ans) va baisser à partir de 2007, année où l’effectif des classes sortantes commencera à être supérieur à celui des classes entrantes.
- En raison du vieillissement et de la multiplication des séparations et des recompositions familiales, le nombre de ménages va augmenter de 24% par rapport à 1999 pour atteindre près de 30 millions en 2030, entraînant des pressions sur le logement et une remise en cause de la solidarité intergénérationnelle (moins d’enfants, plus de personnes âgées, héritage plus tardif, voire plus d’héritage du tout).
- Les femmes en couple ont en moyenne de 7 à 9 ans d’espérance de veuvage : les hommes épousent des femmes de 2 à 3 ans plus jeunes et vivent 5 à 6 ans de moins qu’elles.
- La majorité des retraités vieillissent là où ils ont passé leur vie, notamment dans le périurbain –ce qui va poser des problèmes de transport et d’accessibilité des services, même dans des zones urbanisées, à quelques kilomètres des centres-villes. Depuis 1980, on estime que seulement 7% des personnes âgées ont quitté leur département, 5% leur région. Mais ces moyennes traduisent très mal une réalité fortement contrastée : ce sont 25% des Parisiens et 12% des habitants des grandes villes de province qui vont s’installer ailleurs lors de leur retraite. Le pourcentage est croissant avec la position sociale, le revenu et l’instruction.
- Depuis le début du XXIe siècle, l’Europe accueille plus de migrants que les États-Unis. Plusieurs pays d’Europe enregistrent annuellement plus de décès que de naissances. Les besoins de main-d’œuvre pour l’Europe à l’horizon 2025 sont de l’ordre de 20 millions d’actifs. Comme l’ont déjà compris quelques pays (Espagne, Italie, Allemagne), seul un solde migratoire élevé permettra d’éviter à terme des pénuries de main d’œuvre.
- Les revenus des ménages retraités vont continuer à augmenter avec l’arrivée à l’âge de la retraite de générations comportant une forte majorité de couples bi-actifs, puis ils stagneront voire diminueront à partir de 2025.
- A partir de 2030, les classes nombreuses des baby-boomers fourniront un effectif élevé de grands vieillards (85 ans et plus). Le nombre de personnes dépendantes pourrait augmenter d’environ 50% par rapport à la situation actuelle.
- Plus de 92% des personnes ayant de 80 à 84 ans vivent en logement autonome. Elles sont encore plus de 84% dans la tranche 85-89 ans, et 71% dans la tranche 90-94 ans !
- « La meilleure prévention des délits », ce sont « les yeux de la rue », c’est-à-dire des fenêtres donnant directement sur la rue (et pas derrière des murs ou des haies).
- La participation électorale varie avec l’âge. Les plus de 60 ans représentent 30% des votants aujourd’hui. Ils seront 45% en 2030.
- Ce n’est pas parce que 500 000 dirigeants atteindront l’âge de la retraite dans les dix ans à venir que 500 000 entreprises seront à reprendre. Nombre d’entre elles n’ont aucune valeur d’actif (la moitié, d’après certains professionnels). Dans certaines activités il y a beaucoup plus de créations que de reprises (services aux entreprises, santé, construction).
- Aujourd’hui, près d’une commune sur deux (18 000) se trouve sans aucun commerce de proximité. Si l’on tient compte des fermetures simultanées de plusieurs magasins, les plus petites communes ont vu disparaître les deux tiers de leurs commerces de proximité en trente ans, et les communes de 250 à 500 habitants environ la moitié.
- La croissance du secteur des services aux particuliers entre 2001 et 2015 pourrait nécessiter près d’un demi million de personnes de plus, dont 420 000 pour deux métiers : employés de maison et « assistantes maternelles et aux personnes âgées ». Ces nouveaux besoins, s’ajoutant aux remplacements des départs, portent à plus de 1 200 000 le nombre de postes à pourvoir.


Publié le Vendredi 30 Juin 2006 dans la rubrique Divers | Lu 3646 fois