Sommaire
Senior Actu

Les baby-boomers se retirent à l’étranger pour améliorer leur niveau de vie

A partir de janvier prochain, les premières grandes vagues de baby-boomers atteignant effectivement l’âge de 60 ans vont commencer à déferler. On les sait plus mobiles, plus actifs, voire pour certains, plus aventuriers que les générations précédentes. C’est ainsi que depuis quelques temps déjà, on remarque qu’un bon nombre d’entre eux se préparent pour leur retraite… Mais pas dans leur pays d’origine, à l’étranger, indique un récent article du quotidien New York Times.


A partir du début de l’année 2006, on estime qu’aux Etats-Unis, environ quatre millions de personnes atteindront l’âge de 60 ans tous les ans. Parmi ces 78 millions de baby-boomers nés entre 1946 et 1964, qui petit à petit vont entrer dans l’âge de la retraite, certains ont décidé de s’expatrier, de tout quitter. Il y a ceux qui veulent partir à la découverte de nouveaux horizons, ceux qui veulent retourner dans leur pays d’origine, ceux qui souhaitent vivre dans une ville qu’ils ont connu plus jeunes, etc. Mais tous présentent un même dénominateur commun : ils recherchent avant tout un niveau de vie moins élevé et un climat plus clément.

Certes, le climat est important, mais la principale raison de l’expatriation, est le plus souvent une question financière. A titre d’exemple, un couple de professeurs de mathématiques de Santa Fé. Ils adorent leur maison. Mais ils savent pertinemment, qu’une fois à la retraite, ils ne parviendront pas « à joindre les deux bouts ». Sans enfants, et après plusieurs voyages sur place, ils ont donc décidé de s’installer au Mexique. Ils se sont renseignés sur le net, ont étudié plusieurs guides sur cette destination. Maintenant ils connaissent bien le pays, il s’agit donc pour eux de choisir leur prochain lieu de résidence. Entre temps, ils ont commencé à prendre des cours d’espagnol.

« C’est dur pour certains retraités américains dont les revenus sont fixes. Alors ils se tournent vers l’étranger » précise un expert financier.
Les baby-boomers se retirent à l’étranger pour améliorer leur niveau de vie

Les baby-boomers se retirent à l’étranger pour améliorer leur niveau de vie
Autre exemple : un couple de retraités, restaurateurs de métier, s’est installé au Costa-Rica il y a quatre ans. Ils vivent très bien avec une pension de 1.580 dollars par mois (1.270 euros), ce qui serait impossible aux Etats-Unis. Désormais, leur assurance auto s’élève à 100 dollars (80 euros) par an et le niveau de vie au quotidien est nettement moins élevé qu’aux USA. Ils paient 600 dollars (483 euros) par an pour l’équivalent costaricain du Medicare (sécurité sociale américaine). Leur maison, équipée de deux chambres avec salle de bains, leur a coûté 42.000 dollars (34.000 euros environ). Un gardien les aide une fois par semaine pour le jardin. Il le paie 5 dollars par mois (4 euros). Et d’ajouter que malgré un accent bien prononcé, cela ne leur a pas empêché de se faire de nouveaux amis.

Mais les Américains ne sont pas les seuls à s’expatrier. Un couple de Français d’une cinquantaine d’années, a décidé lui aussi de tenter l’expérience. Artisans en France, ils savaient que leurs retraites ne seraient pas bien « grosses ». Il y a trois ans, ils ont commencé à apprendre l’espagnol. Puis ils ont décidé de s’installer au Nicaragua, dans la ville de Granada à 30 kilomètres de la capitale Managua. Arrivés sur place il y a un peu plus d’un an, ils ont décidé de monter un restaurant dans cette jolie ville coloniale, très touristique, qui se trouve au bord du lac Nicaragua. Leur petite affaire n’est pas encore bien rentable, mais avec le temps, la clientèle se développe. Le jazz, en fond sonore, séduit peu à peu les touristes, ce qui leur permet de vivre tranquillement, loin de la folie parisienne mais surtout d’une ville et d’un pays, qui devenaient trop chers pour eux.

Pour les Américains, le Mexique, le Costa Rica et le Panama sont devenus des paradis habituels pour ces retraités d’un nouveau genre. Mais, le Nicaragua, le Honduras, l’Equateur ainsi que Belize tentent eux aussi d’attirer ces baby-boomers, prêts à tenter l’expatriation. Pour les Européens, les pays du sud restent les plus attractifs : l’Espagne, le Portugal ou le Maroc. Mais la Croatie ou la Grèce pourrait devenir "tendance" dans les années à venir.


Publié le Lundi 12 Septembre 2005 dans la rubrique Société | Lu 8076 fois