Sommaire
Senior Actu

Les années Grace Kelly Princesse de Monaco : une belle exposition à voir à Paris pendant tout l’été

Jusqu’au 16 août prochain, la Mairie de Paris rend hommage à la Princesse Grace de Monaco en accueillant l’exposition présentée au Grimaldi Forum à l’été 2007. Sous le commissariat de Frédéric Mitterrand, cette exposition retrace moments et facettes de la vie de Grace Kelly. De la star hollywoodienne à la Princesse monégasque, itinéraire d’une femme magnifique, au destin exceptionnel.


L’exposition se propose d’emmener le visiteur au cœur des souvenirs des « années Grace Kelly, Princesse de Monaco ».

Une exposition hommage qui feuillette un album photos signé des plus grands noms de la photographie (Howell Conant, Cecil Beaton, Irving Penn…), une exposition qui dévoile la correspondance que Grace Kelly a entretenu avec ses amis d’Hollywood et les grands de ce monde (Jacky Kennedy, Alfred Hitchcock, la Callas, Cary Grant…), une exposition qui présente des objets personnels, une partie de sa garde-robe (dont sa robe de mariage), des bijoux ou encore de nombreux accessoires de mode, comme le célèbre sac Kelly signé Hermès.
Les années Grace Kelly Princesse de Monaco : une belle exposition à voir à Paris pendant tout l’été

Le cinéma, sa première vie, y est largement représenté. Montage d’extraits de ses principaux films, large espace consacré au film d’Alfred Hitchcock, Fenêtre sur cour, mais aussi séquences de films familiaux tournés par Grace Kelly elle-même et qui permettent d’entrer de plain-pied dans sa vie quotidienne.

Au travers de cette femme disparue trop tôt, c’est toute une époque qui se dessine. Une époque qui veut oublier une seconde guerre mondiale meurtrière. Une époque où une femme, Grace Kelly, quitte son Amérique natale et lui préfère, par amour, la vielle Europe…

Grace Kelly par Frédéric Mitterrand, commissaire de l’exposition

La Princesse Grace nous a laissé l’image d’une élégance inaltérable. On peut n’avoir vu aucun de ses films, n’avoir jamais visité la Principauté de Monaco, cette image demeure présente dans tous les esprits comme une réponse à la dureté du monde dans lequel nous vivons.

Elégance d’une jeune fille fortunée de Philadelphie incarnant le rêve américain, élégance de la débutante des magazines sophistiqués et des comédies sentimentales exprimant l’optimisme de l’immédiat après-guerre, élégance du glamour hollywoodien en technicolor, élégance de la femme aimante qui choisit librement de changer le cours de son existence, élégance d’une mère tendre et d’une princesse qui se dévoue efficacement et sans compter pour les siens, élégance d’une réserve souriante qui fascinait les médias et d’un style de vie ultrasensible et poétique retenant une part de mystère, élégance d’une beauté préservée par la permanence d’un charme juvénile, élégance d’une époque dont elle fut la passagère et dont chacun ressent la nostalgie. Et puis aussi élégance d’une parisienne d’adoption qui aima profondément notre capitale en y séjournant de manière régulière.

La mort prématurée de la Princesse Grace survenue il y a vingt-cinq ans l’a inscrite dans la lignée des destins de légende en lui conférant le rayonnement intemporel des contes de fées. Cependant celui dont la Princesse Grace est l’héroïne est sans doute l’un des plus émouvants car c’est le dernier d’autrefois et le premier des temps modernes.

Biographie de Grace Kelly

Grace Kelly, future princesse de Monaco, naît à Philadelphie le 12 novembre 1929.

Etudiante en art dramatique à New York à la fin des années quarante, elle mène l’existence des apprentis comédiens de bonne famille : hôtels-foyers pour jeunes filles célibataires, mannequin pour publicités et magazines afin de payer ses études. Elle participe très vite à des représentations théâtrales et à des émissions dramatiques en direct pour la télévision alors en plein essor. Son talent, sa beauté, son charme légèrement distancié par une sévère myopie la font rapidement remarquer. Son rôle dans High Noon (Le Train sifflera trois fois) où elle est la partenaire de Gary Cooper, accélère sa carrière de façon fulgurante.

Sous contrat avec la MGM, mais très demandée par les autres studios, elle devient l’actrice la plus médiatique en 1954, obtenant l’Oscar pour Country girl (Une Fille de la province) devant Judy Garland. Elle fait alors la couverture du magazine Time, après avoir fait la une de Life, Look et des grands titres de la presse américaine.

Pourtant c’est Alfred Hitchcock qui la fait entrer définitivement dans le cercle des stars de légende en lui confiant trois rôles majeurs dans Dial M for Murder (Le Crime était presque parfait),Rear Window (Fenêtre sur cour), et To catch a thief (La Main au collet) où elle découvre d’ailleurs la Principauté de Monaco au cours de prises de vues. Elle incarne alors l’idéal féminin de ce maître du suspens qui restera son ami.

Lors du festival de Cannes en 1955, sa rencontre avec le Prince Rainier au cours d’une visite au Palais de Monaco, organisée par le magazine Paris Match, infléchit radicalement son destin. L’annonce de ses fiançailles, puis ce que l’on appellera le « mariage du siècle » avec le Prince Rainier le 19 avril 1956 déclenchent un ouragan médiatique. Renonçant au cinéma, se consacrant à ses enfants Caroline, Albert et Stéphanie, la Princesse Grace réussit à la perfection dans son nouveau rôle où sa noblesse de caractère et son charisme apportent une aura de glamour qui fascine les médias et rejaillit sur le prestige de la Principauté. Ce qu’elle accomplit à Monaco même, dans les domaines sociaux, environnementaux et culturels redonne un lustre inégalé à la Principauté, renouant les fils tissés à l’époque des Ballets de Monte-Carlo et des séjours de très nombreux artistes du monde entier.

Sa mort prématurée, à la suite d’un accident de voiture, le 14 septembre 1982 suscite une émotion sans précédent. Vingt-cinq ans après sa disparition, son souvenir demeure intact dans toutes les mémoires.

L’exposition se propose d’explorer la vie et l’époque de Grace Kelly. De son enfance à Philadelphie à ses débuts à New York, de son passage réussi par Hollywood, à son mariage avec le Prince Rainier, de la sphère privée à la sphère publique, toujours, Grace Kelly est parvenue à s’imposer en douceur aux yeux du monde.

L’exposition se découpe en plusieurs espaces comme autant de moments clefs de la vie de la Princesse Grace. Ces espaces, «ces chambres», (chambre Philadelphie, chambre Hollywood, chambre mariage, chambre amis…) guident le visiteur. Des années américaines aux années monégasques, de la lumière artificielle des grands plateaux d’Hollywood aux paysages ensoleillés de Monaco…

Les documents exceptionnels exposés proviennent en grande partie de la famille princière. Photos d’artistes ou photos de famille, affiches de films, accessoires, costumes, contrats, scénarios et extraits de films, le cinéma, décliné en plusieurs séquences, est forcément très présent.

Mais Grace Kelly s’est muée en 1956 en Princesse Grace et le conte de fée a commencé à s’écrire. Tout commence par une rencontre à Monaco entre le Prince et sa future, dont on conserve une trace filmée. Tout se poursuit par une visite, elle aussi filmée, du Prince en Amérique. Tout se termine par un mariage, blanc et somptueux. Si l’image tient une grande place dans la vie de Grace Kelly, l’écrit est également très présent. De nombreuses lettres d’amis, ainsi que des correspondances ou des documents privés sont exposés à l’occasion de ce premier hommage.

Filmographie de Grace Kelly

1951 : Quatorze heures (Henry Hathaway)
1952 : Le Train sifflera trois fois (Fred Zinnemann)
1953 : Mogambo (John Ford)
1954 : Le Crime était presque parfait (Alfred Hitchcock)
1954 : Fenêtre sur cour (Alfred Hitchcock)
1954 : Les Ponts de Toko-Ri (Mark Robson)
1954 : Une Fille de la province (George Seaton)
1954 : L’Emeraude tragique (Andrew Marton)
1955 : La Main au collet (Alfred Hitchcock)
1956 : Le Cygne (Charles Vidor)
1956 : Haute Société (Charles Walters)

Les années Grace Kelly Princesse de Monaco

Salle Saint-Jean de l’Hôtel de Ville
5 rue Lobau
75004 Paris

Du 10 juin au 16 août 2008

Entrée libre et gratuite tous les jours sauf dimanches et fêtes : 10h/19h
(fermeture des portes à 18h15)


Publié le Vendredi 13 Juin 2008 dans la rubrique Culture | Lu 9261 fois