Sommaire
Senior Actu

Les amants de Bruges d’Henry Bonnier : la vraie culture


C’est « quelque chose de simple et de raffiné à la fois. La vraie culture selon moi ». C’est le dernier ouvrage d’Henry Bonnier. Cette fois-ci, son héros est un haut fonctionnaire du ministère de la Culture aujourd’hui à la retraite. Il confesse sa vie en tentant de la comprendre, d’en donner un sens. Il dit : « si je me suis poursuivi ma vie durant, me suis-je seulement rejoint. » C’est cette quête qu’il nous est demandé de suivre.
Les amants de Bruges d’Henry Bonnier : la vraie culture

Adolescent, il découvre l’amour, un amour lumineux. Bien que le jeune couple soit immédiatement et définitivement séparé, cet amour animera sans répit son âme encore plus que son cœur et le transfigurera.

On le retrouve au soir de sa vie alors qu’il se rend à Bruges. Sur les pas de son Isabelle, à qui il a promis une « improbable fidélité » ? On n’apprendra que dans les dernières pages le but de son ultime voyage.

Avec l’écriture souple et élégante qu’on lui connaît, l’auteur nous fait partager les réflexions de cet homme qui, parti à la recherche de l’Amour, conquerra la Beauté dans une sorte de mystique de soi.

La voix d’Henry Bonnier n’est jamais aussi audible que lorsqu’elle prend ce ton doucement mordant pour, entre autre, régler quelque compte intellectuel avec Sartre et les existentialistes.

Elle est désabusée devant ce qu’il considère comme le désenchantement du monde. Henry Bonnier, grâce à sa sensibilité mise au service de son érudition, tente, une fois de plus, par ce livre intelligent, de le réenchanter.

Les amants de Bruges
Henry Bonnier
Editions du Rocher
199 pages
18.50 Euros


Publié le Lundi 19 Février 2007 dans la rubrique Culture | Lu 2039 fois