Sommaire
Senior Actu

Les Prix 2005 de la Fondation Médéric Alzheimer

La Fondation Médéric Alzheimer, dans le cadre de l’une de ses missions qui consiste à susciter, soutenir et accompagner la recherche en sciences sociales et à promouvoir et valoriser des actions de qualité répondant aux attentes des personnes malades et de leurs aidants, a remis le 15 novembre dernier, les Prix Etudes et Initiatives Locales.


Un Prix Etudes de 8.000 euros et trois bourses de 5.000 euros destinés à soutenir la recherche en sciences sociales ont donc été décernés à l’occasion de la cinquième rencontre annuelle de la Fondation Médéric Alzheimer qui s’est tenue, à Paris, le 15 novembre dernier.

Le Prix Etudes a été attribué à Isabelle Bauters-Vendeuvre, orthophoniste et docteur en philosophie pour sa thèse intitulée « Dire la démence : contribution de la médecine et de la littérature à la compréhension de la maladie d’Alzheimer », sous la direction de Dominique Folscheid, professeur de philosophie à l’Université de Marne-la-Vallée.

Cette thèse vise à montrer comment la maladie d’Alzheimer, révélatrice des dilemmes de notre société, est une pathologie sur laquelle devra se reconstruire la normalité. Sont déclinées les limites d’une conception organiciste du cerveau et la nécessaire construction d’un espace d’échange et de relation, constitutifs de l’humanité, convoqués dans les discours narratifs sur la maladie.

Les trois bourses doctorales de 5.000 euros (renouvelables une fois) ont été attribuées à :
- Solène Billaud, doctorante en première année de thèse à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris, pour son travail de recherche en sciences sociales relatif à « La passation des biens dans les milieux à faible patrimoine : les reconfigurations familiales à l’occasion des déménagements – Le cas de l’entrée en institution de personnes âgées très dépendantes », sous la direction de Florence Weber, professeur à l’Ecole Normale Supérieure
- Cindy Barotte, doctorante en troisième année de thèse à l’Université Paris-VII, pour son travail de recherche en sociologie intitulé « La maladie d’Alzheimer : une transformation du rapport entre le normal et le pathologique », sous la direction de Numa Murard, professeur de Sociologie à l’Université Paris-VII
- Kevin Charras, doctorant en deuxième année de thèse à l’Université Paris-V, pour son travail de recherche en psychologie environnementale, intitulé « Santé mentale et environnement thérapeutique : effet de la personnalisation de l’environnement de soin dans la prise en charge des démences de type Alzheimer », sous la direction de Gabriel Moser, professeur de psychologie à l’Université Paris-V.

Les Prix et Bourses 2005 ont été sélectionnées par un jury, co-présidé par Françoise Héritier, vice-présidente de la Fondation et professeur honoraire au Collège de France et à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et Jean-Marie Léger, président du Comité d’Orientation de la Fondation et président fondateur de la Société de Psycho-Gériatrie de Langue Française.

Par ailleurs, cette année, la Fondation a choisi de décerner un Prix spécial « Initiatives locales » de 3.000 euros pour récompenser les dix-huit ans d’animation thérapeutique et artistique au Forum Jean Vignalou (Hôpital Charles Foix d’Ivry (91).

Elle souhaite ainsi mettre en valeur la réflexion d’une équipe de professionnels sur les différentes formes de communication qui permettent de garder le contact avec les personnes « démentes » (médiation corporelle telle que la psychomotricité, médiation de la matière dans la fabrication d’objets, communication verbale, communication avec le lieu, etc.).

Le Forum Jean Vignalou est un lieu de communication « au delà des mots », où le jargon thérapeutique est absent. Les résultats de la démarche fondée sur l’authenticité, la reconnaissance de l’humanité des personnes malades et la création artistique gagneraient à être mieux connus et reconnus.

Notons que le travail de Sylvain Siboni a donné naissance à deux films d’une grande sensibilité. « La souvenance Trans-mission 2004 » et « Une grande bouffée d’amour » qui constituent une mise en images de l’expression, bouleversante, des personnes malades, qui nous disent leur extraordinaire désir de vivre et d’aimer malgré tout.


Publié le Lundi 28 Novembre 2005 dans la rubrique Divers | Lu 6116 fois