Sommaire
Senior Actu

Les Canadiens modérément préoccupés par les conducteurs seniors

Un nouveau sondage réalisé par la Fondation de recherches sur les blessures de la route (FRBR), qui s’occupe de la sécurité routière au Canada révèle que les citoyens de ce pays d'Amérique du nord ne sont que modérément préoccupés par le problème de sécurité routière que représentent les conducteurs seniors.


Les Canadiens modérément préoccupés par les conducteurs seniors
« Nous nous attendions à ce qu'un nombre beaucoup plus grand de Canadiens soient préoccupés, surtout parce que la population de conducteurs âgés ira en augmentant jusqu'à doubler d'ici vingt-cinq ans », affirme Ward Vanlaar, chercheur de la FRBR. Et d’ajouter que « face à cette tendance à la hausse, les problèmes liés à la sécurité routière que posent les conducteurs âgés vont devenir de plus en plus fréquents ».

Rappelons qu’il y a actuellement près de trois millions de conducteurs senior au Canada, mais, avec le vieillissement des membres de la génération du baby-boom, ces données atteindront six millions d'ici un quart de siècle, c'est-à-dire que dans vingt-cinq ans, un conducteur sur quatre fera partie du groupe des personnes âgées.

Le communiqué de la FRBR souligne que « la catégorie des personnes âgées de 65 ans ou plus connaît la deuxième plus grande proportion de décès sur la route -tout juste après celle des 15 à 24 ans ». Et de préciser que le « conducteurs de 80 ans ou plus présentent un risque encore plus grand ; leur taux de mortalité est de 1,5 fois celui des adolescents ».

« Plusieurs facteurs contribuent au risque élevé de collision des personnes âgées, notamment la diminution liée à l'âge des réflexes moteurs et de la vue, explique M. Vanlaar. D'autres facteurs comme une maladie cardiaque, un AVC et la démence peuvent jouer un certain rôle, de sorte que les personnes âgées doivent régulièrement se soumettre à des contrôles de santé ».

Monsieur Vanlaar fait aussi remarquer que ces facteurs de santé prédisposent les personnes âgées à avoir des collisions plus souvent ; de plus, ces conducteurs ont moins de chances de survivre aux collisions en raison de leur fragilité physique. .../..


« Les fabricants d'automobiles ont déployé des efforts renouvelés pour répondre aux besoins de mobilité d'une population vieillissante, déclare Stephen Beatty, directeur gestionnaire principal de Toyota Canada Inc.qui est l'un des parrains du sondage de la FRBR. « Parmi les moyens de satisfaire à ces besoins, citons l'accent mis sur les aspects ergonomiques, la lisibilité des jauges et du panneau de commande, la visibilité pour le conducteur et les plus récentes caractéristiques de sécurité active et passive ».

Le sondage de la FRBR a aussi permis de connaître le niveau de soutien accordé par les Canadiens aux diverses mesures qui pourraient favoriser les conducteurs seniors. Parmi les mesures proposées, celle qui a obtenu l'appui des trois quarts des sondés consiste à faire suivre un cours aux conducteurs âgés pour leur permettre de conserver leurs privilèges de conduite à partir de 70 ans.

Plus de 70 % des Canadiens étaient aussi d'avis que les personnes âgées ayant de la difficulté à conduire devraient être limitées à se déplacer dans un rayon de 25 km de leur domicile.

A noter que tout en étant en faveur de ces mesures, une majorité de Canadiens ne souhaitent pas que les conducteurs âgés soient privés de leurs privilèges de conduite s'ils sont la cause d'une collision.

« Les Canadiens ne croient pas que les conducteurs âgés doivent renoncer à conduire à un certain âge, a indiqué Paul Boase, chef des Usagers des routes à Transports Canada, dont l'organisme a contribué à financer le sondage de la FRBR. Les Canadiens conviennent que les conducteurs seniors peuvent conduire, tant qu'ils peuvent le faire en toute sécurité ».

« Les conducteurs âgés ne devraient pas être empêchés de conduire simplement parce qu'ils sont plus âgés, a ajouté M. Vanlaar. Les politiques futures concernant cette catégorie de conducteurs devront équilibrer mobilité et préoccupations en matière de sécurité ». Pour l'avenir, M. Vanlaar est d'avis que le moment est bien choisi pour commencer à se préparer à gérer la croissance continue de la population de conducteurs seniors. « Il est encourageant de voir que les différents secteurs de compétence canadiens sont conscients de la situation et ont commencé à planifier l'avenir » conclut le chercheur.

En savoir plus sur www.trafficinjuryresearch.com


Publié le Vendredi 11 Avril 2008 dans la rubrique Transports | Lu 5477 fois