Sommaire
Senior Actu

Les Canadiens commencent trop tard à planifier leur retraite, parfois même après 50 ans

Les résultats d'un sondage dévoilé la semaine dernière par la société Desjardins Sécurité financière indiquent que les Canadiens commencent à comprendre qu'il faut économiser en prévision de la retraite. Toutefois, les gens restent sourds à ce message tant qu'ils n'ont pas atteint la trentaine, ou même la quarantaine et plus -un facteur qui pourrait compliquer sérieusement leur retraite, tant sur le plan social que financier.


Dans son cinquième sondage annuel sur la retraite, Desjardins Sécurité financière, société spécialisée notamment dans le domaine de l'épargne, a mesuré ce que ce manque de vigilance pouvait coûter aux Canadiens en matière d'épargne-retraite et de planification de cette dernière. Les résultats sont surprenants : bien que les salariés interrogés souhaitent en moyenne prendre leur retraite à 60 ans, plus du tiers (35 %) des travailleurs et des personnes partiellement retraitées révèlent qu'ils n'ont pas commencé sérieusement à épargner pour la retraite avant d'avoir 40 ans.

Pour la moitié des travailleurs et préretraités de plus de 40 ans, l'âge idéal de la retraite se situe entre 56 et 65 ans, indique cette enquête, alors qu’un tiers (34 %) des répondants appartenant à ce même groupe souhaitent se retirer entre l'âge de 40 et 55 ans. D’autre part, lorsqu'on leur demande s'ils pourront prendre leur retraite à cet âge, compte tenu de ce qu'ils savent maintenant au sujet de leurs besoins financiers, la majorité (60 %) des travailleurs de 40 ans et plus considèrent que leur âge de retraite idéal est réaliste.

Ces chiffres pourraient laisser entendre que les Canadiens sont prévoyants et bien avisés en matière d'épargne-retraite et de planification, mais le sondage* mené par SOM, société spécialisée en études de marché et sondages d’opinion, révèle plutôt qu'en moyenne, lorsqu'il s'agit de planifier et d'épargner, les gens commencent tout simplement trop tard. .../...

« Les Canadiens doivent comprendre que la retraite, ce n'est pas une période de vacances de 20 ou 30 ans, souligne Monique Tremblay, l’une des responsables en matière d’épargne chez Desjardins Sécurité financière. Les gens doivent modifier leur comportement et commencer à planifier leur retraite et à épargner le plus tôt possible -avant 35 ans, qui est l'âge moyen actuel. Au moyen de notre sondage, nous avons constaté qu'il existe des groupes qui commencent à épargner après 50 ans en plus grande proportion. Et ces Canadiens désirent, en général, prendre leur retraite en même temps que les autres, à 60 ans ».

Ce sondage a révélé que deux groupes ont commencé à épargner avant 30 ans. En général, ce sont les couples avec enfants (37 %) et les gens dont les épargnes et les placements sont supérieurs à 100.000 dollars canadiens soit environ 70.000 euros (36 %). Cependant, une plus forte proportion des gens a attendu d'avoir 50 ans. Parmi ces derniers, on compte les personnes préretraitées (33 %), ceux dont le revenu se situe entre 20.000 dollars canadiens (13.700 euros) et 30.000 dollars canadiens (20.600 euros) (28 %), les personnes dont les épargnes et les placements totalisent de 10.000 dollars canadiens (7.000 euros) à 25.000 dollars canadiens (17.500 euros) (25 %), les travailleurs à temps partiel (20 %) et les personnes vivant seules et sans enfants (18 %).

« Evidemment, leur planification et leur épargne doivent être fonction des besoins des gens de même que de leur capacité d'épargner, mais un plan simple vaut mieux que l'absence de plan, ajoute Mme Tremblay. La planification de la retraite ne concerne pas que les cotisations à un régime enregistré d'épargne-retraite (REER). Les gens doivent aussi examiner les aspects sociaux de la retraite et l'effet qu'ils auront sur leurs finances ».

De fait, les questions financières ne sont pas les seules dont il faut tenir compte quand on planifie sa retraite, estiment les auteurs de cette enquête. Près des trois-quarts (74%) des travailleurs âgés de 40 ans et plus indiquent qu'ils sont psychologiquement prêts pour la retraite. Toutefois, des facteurs sociaux, comme la solitude, l'ennui et le fait de ne plus être entouré de collègues, préoccupent fortement les personnes interrogées.

Pour une forte majorité des répondants (82%), il est aussi essentiel de planifier sa vie sociale et ses temps libres, mais seuls 55 % d'entre eux ont fait des plans à ce sujet. Sept travailleurs sur dix (69%) considèrent important de consulter un conseiller financier avant la retraite –mais seuls 53% l'ont fait. Il est intéressant de noter que près de la moitié des participants (49%) soulignent l'importance d'obtenir des conseils sur l'aspect émotif de la retraite, mais encore une fois, bien peu (23%) obtiennent ce genre de conseils. Comme la plupart des répondants ne souhaitent pas travailler après la retraite, on ne s'étonnera pas que seuls 22% jugent important d'obtenir des conseils à ce sujet et que seuls un sur dix (9%) l'a fait.

« Il est important d'épargner en vue de la retraite, bien sûr, mais les Canadiens ne doivent pas oublier qu'il faut aussi planifier des façons d'occuper ses temps libres et de se maintenir en bonne santé pendant cette période tant attendue, mentionne le Dr Paul Garfinkel, du Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto. Le travail ne fait pas qu'occuper une grande partie de nos journées : il représente beaucoup plus pour la plupart des gens. Il contribue à former notre identité, à définir qui nous sommes, notre communauté et nos relations. Autant de réseaux que la retraite vient bouleverser ».

* Cette enquête téléphonique a été réalisée par SOM pour le compte de Desjardins Sécurité financière entre le 3 et le 16 août 2006. Au total, 1.666 entrevues ont été menées auprès d'un échantillon représentatif d'adultes canadiens. Les données ont été pondérées de façon à refléter la répartition exacte de la population canadienne par régions, sexes et groupes d'âge établie par le Recensement de 2001 de Statistique Canada.


Publié le Mardi 14 Novembre 2006 dans la rubrique Retraite | Lu 1916 fois