Sommaire
Senior Actu

Les Baby-boomers préfèrent profiter de leur argent plutôt que d’économiser

Nouvelle-Zélande – Les enfants nés de parents issus de la génération du baby-boom (46/64) ne doivent pas s’attendre à de gros héritages, souligne une récente étude néo-zélandaise réalisée par l’institut de sondage ACNielsen, qui indique que les baby-boomers prévoient de dépenser leurs économies plutôt que de les transmettre à leur descendance.


Cet institut confirme donc la tendance déjà enregistrée dans de nombreux autres pays occidentaux confrontés au vieillissement des populations : contrairement à leurs aînés, les baby-boomers, plus égoïstes et plus hédonistes, vont dépenser pendant leur retraite, les richesses durement accumulées durant leur vie, plutôt que de les transmettre à leurs enfants.

Pour Alistair Watts, directeur du bureau néo-zélandais d’ACNielsen, si le vieillissement du pays était déjà un fait acquis, en revanche, il n’existait pas d’études concernant l’attitude et le comportement de cette population de quinquas et des éventuelles implications économiques que cela pouvait représenter, aussi bien dans la taille et la structure des foyers, que pour la force de travail ou encore pour la santé.

Une des constantes qui est ressortie lors de cette étude, est la ferme intention des boomers de consommer et de dépenser leurs richesses plutôt que de les léguer à leurs enfants. En revanche, ils restent tout à fait disposés à leurs payer de longues études ou encore, à les laisser vivre chez eux tous frais payés.

En ce qui concerne leur pouvoir d’achat et la délicate question de la retraite, certains quinquas pensent qu’il leur sera difficile d’arrêter de travailler, principalement pour des raisons financières. D’autres, par contre, ne veulent plus « perdre leur temps » et s’orienteraient bien volontiers vers le travail à temps partiel. Enfin, une partie économise encore alors qu’elle est toujours en activité afin d’en profiter une fois à la retraite.

D’une manière générale, ces baby-boomers souhaitent être pris au sérieux et acceptent les changements avec plaisir, précise l’institut. Et d’ajouter, qu’une fois passés les cycles de la crainte du vieillissement, ce dernier est finalement relativement bien accepté.

S’ils ont des regrets, ils concernent l’évolution de leur carrière, le fait d’avoir quitté l’école trop tôt, le manque de soins apporté à leur santé tout au long de leur vie et enfin, le manque de confiance en soi qui leur aurait permis de pouvoir réaliser ce qu’ils désiraient, plus tôt dans leur existence.
Les Baby-boomers préfèrent profiter de leur argent plutôt que d’économiser


Publié le Mercredi 25 Mai 2005 dans la rubrique Finances | Lu 3436 fois