Sommaire
Senior Actu

Lendemains de fête de Julie Berès : spectacle sur la vieillesse et la perte de la mémoire

La pièce de théâtre « Lendemains de fête » de Julie Berès est à découvrir jusqu’au 1er février à la MC2 à Grenoble (Isère) puis ensuite, en tournée dans toute la France. Au programme : un spectacle sur la vieillesse et la perte de la mémoire qui mêle arts visuels, sonores et danses.


Lendemains de fête c’est l’invitation au voyage mental, d’un vieil homme qui traverse ses paysages intérieurs et leurs métamorphoses. Il explore le kaléidoscope de sa vie composée de fragments de mémoires accumulées.

L’homme s’attarde, ouvre le coffre scellé des trésors cachés : souvenirs d’enfances et songes se percutent et reconstituent les morceaux épars du puzzle d’une vie. C’est un voyage, en somme, où les temps se mélangent, se déstructurent et se confondent, racontant le combat d’un homme dont la mémoire part en lambeaux.

Son labyrinthe intérieur se peuple ainsi de corps retrouvés issus de son passé, et de corps fantasmés surgis de son imaginaire. Lendemains de fête c’est aussi une histoire qui unit deux corps âgés ; bonheurs et déboires entrelacés, mais aussi de la jouissance, du désir dont il reste quelque chose de vif sous la peau usée.

Dans un monde où les personnages changent de peau comme de nom et de passé, certaines figures semblent surgir d’une mémoire archaïque, collective. Des scènes intimes se superposent aux scènes collectives entre affairement jubilatoire et confusion de repères, des corps pleins de vitalité s’enlacent et s’affrontent aux corps marqués par le temps.

Trois acteurs magnifiques de 70 ans et de jeunes interprètes - circassiens incarnent ces réminiscences et donnent vie à ce voyage où s’entremêlent et se répondent les différents âges de la vie : enfance, maturité et vieillesse

Parce qu’ils questionnent autant notre perception du monde, que notre être social, les spectacles de Julie Berès laissent des traces profondes. On ne se débarrasse pas facilement des questions qu’ils nous posent, ni de certaines images, fantastiques ou cocasses, qui viennent nous hanter, longtemps après.


Publié le Lundi 28 Janvier 2013 dans la rubrique Culture | Lu 778 fois