Sommaire
Senior Actu

Le zona, une pathologie méconnue...

Le zona est une maladie que l’on connait tous, au moins de nom, mais dont la connaissance, en réalité, reste floue et parcellaire. C’est en tout cas ce qu’indique un récent sondage* d’OpinionWay réalisé pour le compte du laboratoire Sanofi Pasteur MSD. De fait, 80% des sondés connaissent le zona mais seule la moitié sait que cette pathologie est dû à la réactivation d'un virus, celui de la varicelle ! Détails.


Le zona, une pathologie méconnue...
Globalement, cette enquête indique que la plupart des sondés connaissent le zona : 80% déclarent connaitre le zona et 63%, bien le connaitre. Parmi eux, 14% ont déjà eu un zona et 14% connaissent un proche ayant déjà eu un zona. Cependant, près de la moitié des sondés ne sait pas que le zona est causé par un virus (48%) et plus de la moitié (53%) ne connaissent pas le lien entre la varicelle et le zona.
 
Pourtant, il faut savoir que la première condition pour développer un zona est d’avoir eu la varicelle ! En effet, le zona est dû à la réactivation du virus varicelle-zona (VZV) resté en sommeil en chacun de nous. Il peut donc survenir à tout moment de la vie. Comme 95% des adultes ont eu la varicelle pratiquement tout le monde est  potentiellement concerné par le zona.

​Le zona en quelques mots

Le zona est dû à la réactivation du virus de la varicelle qui reste présent à l'état latent dans l'organisme en général depuis l’enfance. L’âge est le premier facteur de réactivation du virus : la moitié des cas de zona surviennent après 65 ans. Au moment de l’éruption et dans les jours suivants, les douleurs sont présentes au niveau de la zone atteinte. Le zona peut être à l’origine de complications graves, notamment des douleurs neurologiques persistantes après la guérison de l’éruption cutanée, appelées douleurs ou névralgies post-zostériennes. Chez 10% à 15% des personnes souffrant de zona et jusqu’à 30% chez les personnes de plus de 70 ans, ces douleurs persistent plusieurs mois, voire plusieurs années.
 
Environ 5% à 15% des cas de zona ont une localisation ophtalmique, localisation avec des séquelles fréquentes et nombreuses. Cette localisation représente chaque année en France environ 20 000 cas. Les atteintes de la conjonctive, de la cornée, de la rétine ou du nerf optique sont particulièrement graves car elles peuvent entraîner des pathologies ophtalmologiques chroniques voire une cécité dans les cas les plus graves. Comme pour les autres vaccins recommandés dans cette tranche d'âge, le vaccin zona peut être réalisé avec le vaccin grippe. En revanche, il ne peut pas être administré en même temps que le vaccin pneumococcique polyosidique comportant 23 valences mais il peut être administré 1 mois avant ou 1 mois après.

Toujours selon cette enquête, ce sont les seniors (71%) et les femmes (69%) qui ont une meilleure connaissance de cette pathologie. Au sein de tous les sondés, seul un tiers pense que le zona peut toucher tout le monde sans distinction (27%) et seulement 11% citent les personnes ayant eu une varicelle comme étant à risque. Pourtant, il faut savoir qu’un quart des personnes développera un zona au cours de sa vie et l’âge est le premier facteur de réactivation du virus : la moitié des cas de zona surviennent après 65 ans ! Les seniors doivent donc rester extrêmement vigilants !
 
Six personnes sur dix connaissent les symptômes de la phase aigüe du zona : l'éruption cutanée. En revanche, pratiquement les deux-tiers (65%) ignorent que des sensations de brûlures peuvent être ressenties et seule 50% sait que la maladie donne lieu à des douleurs persistantes. Sachez que ces douleurs neurologiques peuvent durer des mois voire des années, et qu’elles affectent la qualité de vie des personnes âgées. Un petit tiers (30%) des plus de 70 ans ayant un zona présente des douleurs post-zostériennes. Elles sont souvent décrites comme intolérables, parfois incessantes et peuvent constituer un véritable handicap contribuant à la survenue d’un déclin fonctionnel, voire d’une perte d’autonomie.
 
Vaccin  : en prévention du zona et des douleurs post-zostériennes chez les personnes de 65 à 74 ans révolus, et en rattrapage chez celles de 75 à 79 ans jusqu'au 28 février 2017.
 
*de juin à octobre 2015 auprès de 783 personnes. L’enquête sur le niveau de connaissance des Français sur le zona a été réalisée dans 7 villes : Montpellier, Rouen, Toulouse, Lyon, Orléans, Clermont-Ferrand et Nice. 783 questionnaires ont été remplis par 56% d’hommes et 43% de femmes de 18 ans à 97 ans. L’analyse des données a été réalisée par l'institut de sondage OpinionWay.


Publié le Jeudi 7 Janvier 2016 dans la rubrique Santé | Lu 1610 fois