Sommaire
Senior Actu

Le vote électronique peut poser des problèmes aux électeurs seniors, selon des chercheurs messins

Selon une récente étude réalisée par des chercheurs d’une université de Metz (Moselle), les machines à voter posent « d’énormes problèmes aux déficients visuels » ainsi qu’aux « populations sensibles » telles que les personnes âgées et handicapées. Avec ces appareils, un « quart des électeurs risque de se tromper de candidat ou de rebrousser chemin », estiment ces scientifiques.


Alors que les résultats du premier tour de l’élection présidentielle ont été officialisés ce matin par le ministère de l’Intérieur, de nombreux électeurs, mais également des responsables politiques et des mairies, se sont plaints du fonctionnement ou de la manipulation des machines à voter, qui concernent tout de même un million et demi de votants (sur 44.5 millions d’inscrits).

Au-delà de ces problèmes techniques, le laboratoire de Psychologie de Lorraine de l’Université Paul Verlaine à Metz (57) vient de mener une étude sur deux des trois machines à voter qui sont actuellement utilisée en France, afin de vérifier que ces appareils sont réellement accessibles et facilement utilisables par tous les citoyens.

Et le résultat est sans appel selon Gabriel Michel du laboratoire de Psychologie de Lorraine : « Les machines à voter que nous avons pu étudier vont poser d'énormes problèmes d'accessibilité aux déficients visuels et seront pour eux une vraie source de discrimination. Avec trois autres chercheurs – un Canadien, un Brésilien et un Français – nous avons mis en évidence que la procédure de vote était trop complexe et que l'ergonomie (écran tactile, touches en relief, dialogue vocal…) n'était pas adaptée à de nombreux handicaps. Pour en avoir le coeur net, nous avons procédé à des tests utilisateurs dont les résultats sont éloquents : sur quatre déficients visuels placés dans des conditions idéales (pas de bruit, de pression), seul un a réussi son vote ! Concernant les plus de 65 ans, nos tests ont également montré que quatre seniors sur sept n'arrivaient pas à voter avec ces machines. En réalité, nous estimons qu'avec ces appareils, un quart des électeurs risquent de se tromper de candidat, de ne pas arriver au bout de leur vote ou de rebrousser chemin. Ce qui représente pour cette élection pas moins de 375 000 électeurs ! »
Le vote électronique peut poser des problèmes aux électeurs seniors, selon des chercheurs messins

Pour éviter que de telles mésaventures ne se produisent, Gabriel Michel du Labpsylor propose tout simplement que « dans chaque bureau de vote utilisant des machines, il devrait être obligatoire de proposer à chaque citoyen qui le souhaite de pouvoir voter de manière traditionnelle, et en priorité pour les personnes handicapées ou celles ayant plus de 65 ans ; en fait, tant que la preuve de la fiabilité et de l'accessibilité de ces systèmes ne sera pas faite, je conseillerais d'interdire le vote électronique en France comme l'on fait de nombreux autres pays. »

Et hier de nombreux électeurs ont effectivement pesté contre ces nouveaux appareils. A Issy-les-Moulineaux, « beaucoup de personnes âgées ne comprennent pas comment ça marche. Ce n’est pas compliqué mais ça déroute. Alors on annule, on recommence, les autres attendent » témoigne un électeur de 40 ans dans une dépêche de l’AFP.

Rappelons qu'on trouve des machines à voter dans 82 communes –toutes volontaires- de plus de 3.500 habitants. Pour le ministère de l’Intérieur, ces machines, fabriquées à l’étranger, sont parfaitement fiables et n’ont jamais connu de problèmes depuis leur mise en service en 2003.


Publié le Lundi 23 Avril 2007 dans la rubrique Société | Lu 3666 fois