Sommaire
Senior Actu

Le vieillissement, un enjeu pour la ville, l’habitat et le logement social, chronique par Serge Guérin

La semaine dernière, j’ai évoqué la question essentielle du rapport à la ville. En effet, c’est dans la ville et dans l’habitat que se joue une large part de notre quotidien et, plus encore, de celui des personnes âgées et très âgées. Habiter, c’est d’abord vivre et échanger. La ville, le quartier, le village, la résidence, sont autant de moments métisses où s’organisent à la fois la rencontre et l’évitement.


L’enjeu, c’est de permettre les rencontres tout en autorisant, aussi, le non échange. L’échange entre générations n’est pas un procédé nécessairement naturel : il nécessite d’être organisé et passe par un travail préalable sur les représentations. Chacun doit pouvoir, s’il le souhaite et quand il le désire, rencontrer d’autres personnes, d’autres générations, d’autres différences.

Le logement-foyer, ou la résidence services, constitue certainement un socle majeur pour développer ce type de perspectives. Il ne s’agit pas de penser la personne âgée comme une catégorie à part, devant être protégée de l’extérieur, mais comme un citoyen pouvant être au contact et dans l’échange avec d’autres, quelque soit leurs âges.

Le secteur du logement social, lui aussi, cherche à s’adapter à ces réalités nouvelles à travers l’aménagement de l’existant et de nouvelles constructions. Une société comme Batigère Nord-Est, par exemple, a crée à Longwy une résidence orientée vers les personnes âgées. Ces dernières ont été consultées avant le démarrage des réalisations, pour quelles soient le plus proches des attentes des personnes. .../...
Le vieillissement, un enjeu pour la ville, l’habitat et le logement social, chronique par Serge Guérin

Le vieillissement, un enjeu pour la ville, l’habitat et le logement social, chronique par Serge Guérin
Ainsi, en associant les individus, Batigères Nord-Est facilite la possibilité pour les locataires âgés de rester à domicile et fait du logement, non pas un produit, mais un espace de vie et de relation.

De la même façon, le «Papy Loft » développé par la société La Plaine Normande dans le Calvados montre bien qu’il est possible de créer un quartier adapté aux modes de vie des personnes âgées même à mobilité réduite tout en les insérant dans la ville.

Ces exemples montrent qu’une prise de conscience se fait jour. Elle est encore insuffisamment portée par les élus, même si beaucoup d’entre eux se mobilisent. Dernièrement, j’ai pu le constater à Rouen et à Saintes où la ville et le CCAS se sont mobilisés pour mener des opérations de sensibilisation aux questions du vieillissement dans une optique multi-générationnelle.

Le processus de mise en cohérence de l’habitat et de l’habitant est essentiel pour garantir le bien vieillir. Il nécessite d’impliquer de nombreux acteurs et de s’inscrire dans une perspective de prévention et de préparation. Simone Pennec, professeur à l’Université de Bretagne Occidentale, montre que quelque soit le lieu de vie, le lien social peut se développer dans le temps du grand âge. Elle insiste sur l’équilibre recherché par chacun entre relation et bonne distance et propose une analyse des différents niveaux de voisinage. Les trois niveaux de voisinage qu’elle distingue (proximité, élargi et anonyme) sont entremêlés et varient de formes. On voit aussi l’importance des caractéristiques du territoire comme facteur de maintien, ou de réduction, des fréquentations, des liens sociaux.

Dans cette perspective, rappelons avec force que le sentiment de solitude, de délaissement ne peut trouver de réponses seulement rationnelles. Comme le décrit Jean-Jacques Amyot, qui dirige à Bordeaux l’Oareil, un réseau de soutien aux personnes âgées, il faut prendre en compte ce que ressent la personne, ce sentiment de négligence qui l’affecte et la conduit à la déprise. Les besoins de socialisation ne peuvent se résoudre seulement par le recours aux technologies, les plus modernes soient-elles. Plutôt que virtualiser la présence, il importe de soutenir et entretenir un réseau d’entourage des personnes.

Serge Guérin
Professeur à l’ESG


Publié le Lundi 5 Novembre 2007 dans la rubrique Chroniques | Lu 4634 fois