Sommaire
Senior Actu

Le vent ne peut être mis en cage de Sylvie Germain : un livre du doute et de la réconciliation


Chaque nouvel ouvrage de Sylvie Germain nous entraîne un peu plus en avant dans son univers teinté de réalisme spirituel. Elle nous invite à partager son exode intérieur où elle est nomade de sa foi et de son doute envers le Dieu chrétien.
Le vent ne peut être mis en cage de Sylvie Germain : un livre du doute et de la réconciliation

Graduellement son œuvre littéraire se place sous le signe de la méditation dont la source est l’Ancien comme le Nouveau Testament, et l’aboutissement provisoire, l’absence de Dieu notamment dans la Shoah.

Aujourd’hui son propos s’affermit. Certes, il est toujours ancré dans le mal, mais épuré de tout pathos : « (…) Le mal est très sournois, pas seulement dans ses explosions de violence, il peut nous attaquer de manière insidieuse. (…) il passe par des personnes. Il possède presque des personnes. Je ne sais ce qu’est le mal. C’est une sorte de furie ou de violence qui prend le désir et le fossilise, en un sens, ou le fourvoie. C’est une énigme gigantesque sur le plan théologique, mais aussi, si on se penche sur l’homme lui-même ».

L’entretien qu’elle avait accordé à la RTB parait aux Editions Alice. Elle livre ses réponses (souvent interrogatives) sur son attitude envers Dieu, sur l’apport spirituel des religions du Livre, sur les raisons de prier.

Elle le dit avec un accent mystique, simplement, car inscrit pleinement dans le quotidien de sa vie et de son œuvre.

Le vent ne peut être mis en cage
Sylvie Germain
Alice Editions (Bruxelles)
76 pages
10,16 euros


Publié le Lundi 4 Juin 2007 dans la rubrique Culture | Lu 1350 fois