Sommaire
Senior Actu

Le record du monde de la longévité est attribué à une Equatorienne de 116 ans

Le livre Guinness des records a désignée vendredi dernier, Maria Esther Heredia, une équatorienne de 116 ans, comme étant la doyenne de l’humanité, ravissant du même coup, le titre précédemment attribué à une américaine de 115 ans.


Cette vieille dame aux cheveux blancs et au port altier, est née le 14 septembre 1889 à Guayaquil, sur la côte ouest de l’Equateur à 275 km de Quito, la capitale du pays. Elle y vit encore et réside maintenant chez l’une de ses filles, Irma, âgée de 80 ans.

Elle a eu en tout cinq enfants dont trois sont encore en vie. Elle a onze petits-enfants, vingt arrières petits-enfants et deux arrières arrières petits-enfants. Soit, cinq générations au sein d’une même famille !

Maria Esther Heredia Lecaro, épouse Capovilla est la veuve d’un militaire autrichien, Antonio Capovilla Oliva, qui a vécu au Chili puis en Equateur, où il a épousé Maria. Il est décédé à l’âge de 55 ans… en 1949.

Selon sa fille, la doyenne de l’humanité est encore en bonne santé. « Elle ne souffre de rien ». Sa vue est bonne, elle lit le journal, regarde la télévision et même si quelqu’un doit l’aider à marcher, elle n’utilise pas de canne pour se déplacer. En revanche, elle n’entend plus très bien et ses enfants doivent crier à son oreille droite afin de se faire comprendre.

Elle indique qu’elle n’a pratiquement jamais bu d’alcool, alors que l’une de ses activités préférées était de se rendre à des fêtes et à des réceptions. A cette époque, les femmes touchaient le verre du bout des lèvres, mais ne buvaient jamais.

Autres temps, autres moeurs. Comme le souligne sa fille, « ma mère est très conservatrice ». Elle se dit gênée par l’émancipation des femmes qui maintenant, osent « courir après les hommes ». Elle avoue ne jamais célébrer son anniversaire, remercier Dieu chaque jour de la maintenir en vie et boit énormément de lait d’ânesse.
Les démarches pour qu’elle soit élue au livre des Records ont démarré à Miami en juin dernier. Le « titre » de cette vieille dame a été confirmé après que sa famille ait envoyé différents détails concernant son certificat de naissance et de mariage aux services du Guinness des records. En effet, il a fallu prouvé la véracité de l’âge de Maria Esther, car des informations « erronées », selon elle, étaient mentionnées sur le registre d’Etat civil équatorien qui indiquait qu’elle était née onze ans plus tard, soit le 14 septembre 1900.

Ainsi, selon le Guinness des records, cette Equatorienne est plus âgée que l’Américaine Elizabeth Bolden (115 ans), qui vit à Memphis au Tennessee et qui avait hérité du titre de doyenne de l’humanité à la mort de la Néerlandaise Hendrikje van Andel-Schipperen en août 2005.

Quant au doyen de l’humanité, toujours selon le Guinness des records, il est âgé de 114 ans. Il s’agit d’Emiliano Mercado Del Toro de Puerto Rico. Il est né le 21 août 1891.


Publié le Lundi 12 Décembre 2005 dans la rubrique Divers | Lu 18913 fois