Senioractu.com : l'actualité des seniors
La Newsletter ▼
Facebook
Twitter
Rss
Mode

Le qipao, robe emblématique du Shanghai des années 30, séduit les quinquagénaires et plus


Un récent article de l’AFP souligne le succès grandissant des qipao, robes emblématiques du Shanghai des années 30 remises au gout du jour par Mme Wang et son « Salon du qipao », auprès des femmes de 50 ans et plus.


Le qipao, robe emblématique du Shanghai des années 30, séduit les quinquagénaires et plus
« Cette robe élégante, portée à l’origine par les Mandchous, était devenue à la mode dans les années trente, adoptée comme costume national sans souci de son origine ethnique. Symbole du mode de vie bourgeois, elle avait disparu pendant la Révolution culturelle, pour faire un retour surprenant dernièrement parmi les riches » écrivait en 2006 le romancien shanghaien Qiu Xiaolong dans son livre policier "De soie et de sang" (collection Policier / Points).

Par ailleurs, tous ceux qui ont vu le film « In the mood for love » du hongkongais Wong Kar-Wai ne sont pas prêts d’oublier les splendides apparitions de l’actrice Maggie Cheung portant ces robes avec une élégance rare. C’est d’ailleurs ce long-métrage qui a donné envie à Wang Weiyu, ancienne enseignante de japonais de 62 ans, de lancer en 2007 son « Salon du qipao ».

Cette robe fourreau très ajustée et plus ou moins fendue sur le côté fait donc son grand retour depuis quelques temps à Shanghai (Chine), notamment auprès des femmes de 50 ans et plus qui n’ont pas eu le droit de porter ce vêtement traditionnel quand elles étaient jeunes à cause de la Révolution culturelle qui jugeait cette toilette décadente et bourgeoise.

Comme le souligne Mme Wang dans la dépêche de l’AFP, le qipao, qui peut coûter jusqu’à 5.000 yuans (env. 500 euros) est « plus qu’une robe, il touche à la culture et à la tradition ».
Certaines de ses clientes, dont beaucoup de quinquas et plus, ont du perdre une dizaine de kilos avant de pouvoir enfiler l’une de ces robes de soie « sans pitié pour les rondeurs ».

« Quand je porte un qipao je me sens belle, ça me met de bonne humeur » indique une femme de 47 ans. Une autre souligne qu’elle s’en pare pour aller au salon de thé avec « ses vieilles amies ». « Il faut toujours certaines couleurs pour certaines occasions. Si vous allez à la maison de thé plutôt une robe assez sobre, jaune clair ou gris clair, avec des motifs brodés, comme des bambous » remarque encore une comptable de 53 ans.


Lu 6654 fois
Publié le Jeudi 28 Janvier 2010



Réagir à cet article :