Sommaire
Senior Actu

Le plus ancien prisonnier de France, Lucien Léger, vient de sortir de prison

A 68 ans, après plus de 40 ans en prison, le plus ancien détenu de France est discrètement sorti de prison dans la nuit de dimanche à lundi et a vécu ses premières heures d’homme libre chez Lucien Bernhard, le boulanger à la retraite qui a accepté de l’accueillir à son domicile de Landas dans le Nord.


Le plus ancien prisonnier de France a donc quitté la maison d’arrêt de Douai (Nord), lundi vers 00h45 dans la fourgonnette blanche de Lucien Bernhard, l’homme qui s’était engagé à l’accueillir dans le cadre de sa libération conditionnelle. Le véhicule, chargé des cartons et des meubles de Lucien Léger a été escorté par la police jusqu’au domicile de M. Bernhard à Landas près de Valenciennes.

En vue de sa sortie de prison, l’ex-détenu avait été transféré du centre de détention de Bapaume (Pas-de-Calais) à la maison d’arrêt de Douai. Son avocat, Me Jean-Jacques de Felice avait indiqué que son client souhaitait sortir « dans la discrétion ».
Lucien Léger a déclaré sur la chaîne de télévision LCI qu’il voulait « se reposer » et trier ses cartons d'archives. « Je me sens comme quelqu'un qui est en dehors de la prison mais exactement comme quand j'étais en prison, il n'y a pas de différence », a-t-il ajouté.

Ce retraité de l’administration pénitentiaire vivra chez le couple Bernhard qu’il côtoie depuis une vingtaine d’années. Il devrait travailler pour la Croix-Rouge de Douai à la distribution de vêtements et de nourritures aux plus pauvres.

Sa présence dans le petit village de Landas ne semble pas faire l’unanimité auprès de ses nouveaux voisins. Interrogé aujourd’hui, Lucien Léger a indiqué qu’il comprenait ces réactions et que ce serait à lui de faire oublier son passé. Et d’ajouter que sa présence n’était pas un danger puisqu’il n’avait jamais tué personne.

Historique

Lucien Léger a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en 1966 pour le meurtre d’un petit garçon, Luc Taron, âgé de onze. Son corps avait été retrouvé sans vie dans le bois de Verrières-le-Buisson (Essonne), mort par strangulation.

Libérable sous condition depuis 1979, il clame son innocence dès l'énoncé de son verdict et multiplie les demandes de remise en liberté depuis plus de vingt ans. En 1999 la commission d’application des peines rendait un avis favorable à sa libération conditionnelle, mais la demande était rejetée par le ministre de la Justice en juin 2000.

Un an plus tard, en juillet 2001, la juridiction régionale de libération conditionnelle rejetait sa demande ; décision confirmée quatre mois plus tard par la juridiction nationale de libération conditionnelle au motif, que Lucien Léger niait sa culpabilité, à cause de « tendances paranoïaques » accompagnées d’un refus de suivi psychologique et enfin, en raison de la fermeture de la boulangerie qui devait lui fournir du travail à sa sortie de prison. Le problème de l’emploi ne se posait plus puisque Lucien Léger était désormais retraité de l’administration pénitentiaire.

Pour en savoir plus sur les détenus seniors, lire aussi :

Lucien Léger, le plus ancien détenu de France sera libéré le 3 octobre prochain
Grande-Bretagne – Des prisons inadaptées à l’incarcération des seniors


Publié le Lundi 3 Octobre 2005 dans la rubrique Société | Lu 10368 fois