Sommaire
Senior Actu

Le nomadisme des nouveaux retraités, chronique par Serge Guérin

L’augmentation du nombre de départs à la retraite va induire une croissance des mobilités. De plus en plus, les jeunes retraités décident d’aller habiter ailleurs, vers leurs racines, vers le soleil ou la mer…


Un choix parfois risqué : après avoir perdu ses relations de travail, le nouveau retraité s’éloigne de ses amitiés de voisinage.

Dans ce contexte, il est donc fréquent que ces personnes, déçues après quelques mois ou quelques années par les difficultés à créer de nouveaux liens ou par l’impossibilité de partager des expériences communes, cherchent à revenir à leur port d’attache. Retour qui n’est pas toujours évident, en particulier en raison de l’évolution du marché immobilier.

D’une manière générale, le nomadisme des nouveaux retraités a un effet direct sur le prix du marché immobilier dans certaines zones. Des effets qui jouent pour les espaces délaissés et pour ceux désirés. A cela s’ajoutent les conséquences de l’évolution de ces personnes lorsque dans vingt ou trente ans elles auront à faire face à une fragilisation importante. .../...
Le nomadisme des nouveaux retraités, chronique par Serge Guérin

La demande pour un habitat différent et une proximité plus forte de services de santé en particulier peut devenir prégnante et parfois complexe à résoudre. Les villes et les territoires se trouvent confrontés à des défis lourds en termes financiers comme humains. Les bassins de vie et les bassins d’activités sont de plus en plus en interdépendance. En ce sens, il existe une logique à développer des gérontopôles, des clusters, qui permettent une synergie croissante entre économie, recherche et populations.

Une autre source de complexité proviendra de l’immigration croissante de seniors aisés venant de Grande-Bretagne ou des pays de L’Europe du Nord. Là encore, ils arrivent en pleine forme, contribuent à faire monter les prix de l’immobilier et à dynamiser l’économie, mais quid de leur vieillissement ? Comment aussi répondre à la question de la solidarité ? Ces personnes ont cotisé dans leur pays mais consomment de la santé en France. L’Etat, depuis peu, semble décidé à agir et à être plus vigilant.

Si la politique générale doit relever de la puissance publique nationale, une large partie de la dynamique et des interventions se fait, et se fera de plus en plus, au niveau du local. Les départements disposent d’une culture forte du traitement de la politique grand âge, et les villes sont aux premières loges. En outre, la problématique senior ne peut pas seulement se traiter sous l’angle du grand vieillissement mais doit aussi prendre la mesure de la place des jeunes seniors et du lien avec l’ensemble des populations.

Serge Guérin
Professeur à l’ESG


Publié le Lundi 12 Novembre 2007 dans la rubrique Chroniques | Lu 4597 fois