Sommaire
Senior Actu

Le gouvernement lance un comparateur en ligne de maisons de retraite

La ministre de la santé Marisol Touraine et Pascale Boistard, secrétaire d'État en charge des Personnes âgées et de l'Autonomie ont présenté cette semaine, la nouvelle version du site Pour-les-personnes-agees.gouv.fr qui inclut désormais un comparateur des prix de près de 7.000 maisons de retraite en France et qui permet même de calculer ce qui reste à payer par les familles à la fin du mois après déduction des différentes aides.


Dans la pratique, ce site permet de comparer le prix des chambres pour une sélection de deux ou trois maisons de retraite (EHPAD) à la fois. Les prestations et les tarifs de près de 7.000 établissements, qu’ils soient publics, privés non lucratif ou privés commercial, sont désormais accessibles en quelques clics.
 
Ce prix correspond aux prestations minimales d’hébergement que doivent proposer toutes les structures, c’est-à-dire les prestations d'accueil hôtelier, de restauration, de blanchissage, d’animation et enfin d'administration générale. Si l’établissement propose d’autres prestations pour le même tarif, il peut l’indiquer.
 
La maison de retraite peut aussi signaler les prestations facturées en supplément du prix affiché. L’internaute sait alors précisément ce que recouvre le tarif indiqué et ce qui lui sera facturé en supplément. Il peut directement télécharger le dossier de demande d’admission. Une campagne d’information sera lancée début 2017 pour faire connaître le comparateur.

Comment comparer ?
1. Je saisis www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr dans la barre de mon navigateur
2. Sur la page d’accueil du site, je sélectionne « Comparer les prix et les restes à charge en EHPAD »
3. Je saisis le code postal de la ville ou du département de mon choix.
Par exemple : 59 (Nord)
4. Je sélectionne des établissements selon les critères qui m’intéressent :
- hébergement permanent ou temporaire ;
- fourchette de prix pour de l’hébergement en chambre simple ou en chambre double ;
- accompagnement spécifique (unité Alzheimer, unité d’hébergement renforcé, pôle d’activités et de soins adaptés…) ;
- aides publiques pour lesquelles l’établissement est habilité (APL, ASH) ;
- statut de l’établissement (public, privé non lucratif, privé commercial) ;
- capacité d’accueil.
 
5. Dans la liste des établissements proposés, je choisis les deux ou trois EHPAD que je souhaite comparer. Je sélectionne par exemple trois EHPAD, par exemple :
- EHPAD Marguerite de Flandre à Nieppe (59850) ;
- EHPAD La Maison du Pays de Cousolre à Cousolre (59149) ;
- EHPAD Le bois d’Avesnes à Avesnes les Aubert (59129).
 
Bon à savoir
Il est possible de comparer des établissements de plusieurs départements. Cela peut être utile par exemple lorsqu’un parent cherche à se rapprocher de l’un de ses enfants ; Il est possible d’enregistrer, d’imprimer ou d’envoyer le résultat de sa sélection pour le conserver ou le partager avec des proches grâce aux boutons situés à droite de l’écran ; Un tutoriel vidéo explique la marche à suivre pour utiliser le comparateur.

Comment comparer le reste à charge ?
Le simulateur prend en compte l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) et les allocations logement, pour calculer le reste à charge en fonction des ressources de la personne. L’exemple d’une personne ayant 9 000 euros de revenus annuels bénéficiant des aides au logement.
 
Lorsque les deux ou trois EHPAD sont sélectionnés, je clique sur « comparer les restes à charge mensuels »
1. J’arrive sur la page d’accueil du comparateur. Je lis les informations utiles et je peux regarder le tutoriel.
Je clique sur « démarrer la simulation » et renseigne les informations demandées (situation, date de naissance, revenus annuels…) :
- Je vis seul(e)
- Je suis né le 1er mars 1930
- J’ai vécu les 3 derniers mois à Lille
- Je ne suis pas bénéficiaire d’une carte d’invalidité
- J’ai une pension de retraite m’assurant un revenu annuel de 9 000 euros
- Je n’ai pas d’autres revenus.
 
2. Je visualise alors ce qu’il me reste à payer à la fin du mois, après déduction des différentes aides pour les établissements sélectionnés. Ce montant est estimatif. Il s’agit du reste à charge pour un mois d’hébergement permanent dans une chambre simple.
 
Ce comparateur vient compléter les services offerts par le site Pour-les-personnes-agees.gouv.fr. Rappelons que ce portail centralise l’information sur les aides disponibles (allocation personnalisée d’autonomie, aide sociale à l’hébergement…) et apporte des réponses aux besoins les plus courants des personnes âgées et de leurs proches, pour faire face à une situation de perte d’autonomie, comme des conseils pour choisir une maison de retraite.

De son côté, l’AD-PA soutient cette démarche comme toute démarche de transparence et de meilleure information, mais l’avancée reste modeste compte tenu :
1/ Une tarification complexe
Les personnes âgées et les familles ont beaucoup de mal à appréhender le prix à payer du fait de la répartition entre le tarif hébergement et le tarif dépendance. L’AD-PA demande la simplification de ce système.
2/ Aucune comparaison qualité/prix
Le portail ne fait apparaitre aucun critère de qualité. Dans le secteur de l’hôtellerie, cela reviendrait à indiquer sans plus de précision que certaines chambres sont à 50€ la nuit et d’autres sont à 3000.
 
C’est la raison pour laquelle l’AD-PA est favorable à la mise en place d’un système d’étoiles permettant une véritable comparaison du rapport qualité/prix. L’Etat le refuse.
 
L’association estime également que les personnes âgées et les familles payent trop cher. L’Etat leur demande de supporter 60% du coût de fonctionnement d’une maison de retraite quand l’ensemble des Français paient entre 0 et 2% d’un séjour à l’hôpital ou en clinique et 20% d’une place en crèche. La question essentielle reste ainsi celle du prix payé et non celle du coût de fonctionnement des établissements qui font avant tout preuve d’une grande efficacité en proposant chambre, petit-déjeuner, déjeuner, dîner, deux collations et activités de loisir pour 70€ par jour en moyenne, ce qu’aucun hôtel-restaurant ou club de loisir ne propose en France.


Publié le Jeudi 15 Décembre 2016 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 4208 fois