Sommaire
Senior Actu

Le Kia Sportage s'offre une nouvelle motorisation

Au-delà de la garantie de 7 ans qui a mis en lumière la marque coréenne, Kia propose désormais des modèles au style abouti et dont les caractéristiques techniques n’ont rien à envier à celles de ses concurrents directs. Le Kia Sportage 1.7 DCT7 en est l’exemple parfait.


Lancée il y a un an, la quatrième génération du Kia Sportage vient d’être enrichi d’une nouvelle motorisation. Jusqu’à présent, les clients qui souhaitaient un modèle Diesel à boîte automatique devaient également adopter une transmission intégrale. Comme la plupart des acheteurs de SUV ne sont pas intéressés par cette option, Kia a désormais inscrit à son catalogue, une version Diesel associée à une boîte double embrayage et qui est en 4x2.
 
C’est pour cette clientèle que Kia vient de créer le Sportage 1,7 CRDI DCT 7 de 141 ch. Le Sportage qui est une des meilleures ventes françaises de la marque coréenne avec près de 10.000 exemplaires vendus sur notre marché, aura désormais un atout supplémentaire pour conquérir une nouvelle clientèle. C’est ce modèle que nous avons pu essayer sur un parcours de plus de 1.000 km qui comprenait aussi bien des portions d’autoroute que des routes de montagne.
 
On retrouve bien sûr la Sportage que l’on connaît. Un style moderne et rafraîchissant avec néanmoins une ceinture de caisse assez haute qui diminue la surface vitrée aux places arrière. L’accès au coffre est pratique et l’on apprécie les rétroviseurs qui s’escamotent à la fermeture des portes. Détail pratique mais important, on note la facilité à changer les ampoules des projecteurs avant ainsi que des clignotants. Une opération devenue de plus en plus compliquée et coûteuse chez de nombreux constructeurs. 

Dans l’habitacle, on retrouve les mêmes équipements que dans les autres modèles en fonction des finitions. On retiendra le grand écran multimédia ; en revanche, on regrette l’absence de lecteur CD plus agréable qu’une clé USB pour écouter de la musique.
 
Les passagers arrière sont particulièrement gâtés. En effet, l’espace disponible pour les jambes est largement calculé y compris lorsque l’on est installé derrière des grands gabarits. Toujours dans l’aspect pratique du Sportage, on retiendra la banquette arrière rabattable en 1/3-2/3. Quant à la roue de secours, elle est remplacée par un kit de réparation et un gonfleur. Un choix contestable. Dans l’habitacle, les rangements sont nombreux et chacun trouvera une place pour y mettre quelques objets personnels pour le voyage. 

Au volant

Volant réglable en hauteur et profondeur, siège au maintien parfait, le Kia Sportage soigne son conducteur. Dès les premiers tours de roues, la transmission automatique réagit avec douceur et l’on apprécie l’augmentation du couple qui est passée de 280 Nm à 340 Nm.
 
La boîte à double embrayage est fluide lors des passages de vitesses et les reprises sont tout à fait correctes en circulation. En revanche, lors des dépassements ou en montagne, il conviendra de se mettre en position sport pour obtenir une meilleure réactivité.
 
Pour cet essai, notre Sportage était équipé de pneus Hancook de 225/60R 17. Un choix beaucoup plus confortable que la monte de 19 pouces proposée en option et en Premium qui laisse filtrer toutes les imperfections de la route. Un choix à éliminer totalement. En revanche, des Michelin apporterait certainement une meilleure précision de conduite que les Hancook dont le ressenti en virage et en courbe n’est pas agréable. 

Le manque de rigidité du pneumatique altère la qualité du châssis qui est réelle. Néanmoins le Sportage dispose d’un comportement routier sain et surtout, d’un freinage efficace. A vitesse constante, le quatre cylindres Diesel se fait oublier et l’on roule dans un silence parfait ; les bruits aérodynamiques sont inexistants.
 
Quant à la consommation réelle sur ce parcours exigeant, elle s’est établie à une moyenne de 7,3 litres aux 100 km. Un chiffre excellent si l’on tient compte du parcours montagneux toujours plus contraignant. Quant aux équipements, ils varient bien sûr selon le niveau de finition mais l’on peut être satisfait de l’ordinateur de bord et de l’écran multimédia que l’on trouve dès les premiers niveaux.
 
Parmi les SUV compacts, le Kia Sportage s’avère supérieur au Renault Kadjar plus cher et moins puissant ou au Nissan Quashquai également plus cher. Un seul regret… Que cette motorisation agréable ne soit pas disponible en version 4x4.
 
Joël Chassaing-Cuvillier

​Le Kia Sportage 1.7 crdi DCT7 en chiffres

Moteur essence 4 cylindres en ligne 1 685 cm3 (77,2 x 90 mm) – 141ch à 4000  tr/min – 340 Nm de 1 750 à 2500 tr/min
Boîte automatique double embrayage à 7 rapports
 
Dimensions : 448 x 185,5 (sans rétroviseur) x 164,5 cm, empattement : 267 cm – Poids : 1545 kg
 
Pneumatiques Hancook 225/ 60 R17
 
Vitesse : 185 km/h – Accélération de 0 à 100 km/h : 11,5 s
 
Émissions de CO2 : 129 gr/km
 
Prix : dès 30.990 euros



Publié le Mardi 13 Juin 2017 dans la rubrique Automobile | Lu 588 fois