Sommaire
Senior Actu

Le Faussaire de René Rodriguez : une fiction pour servir l’Histoire


Je le confesse : je n’ai pas lu « Da Vinci Code ». Le genre pseudo historique, pseudo ésotérique est, pour moi, un genre pseudo littéraire où le plus authentique est la supercherie commerciale. Peut-être acquiert-il quelque qualité s’il s’agit de le prendre comme une distraction.
Le Faussaire de René Rodriguez : une fiction pour servir l’Histoire

En fait, je me méfie des reconstructions. Sauf quand elles sont étayées par de réelles archives, appuyées par une évidente érudition, servies par un vrai talent d’écrivain comme cette fiction que nous propose René Rodriguez.

« Le Faussaire » nous initie aux arcanes de la Compagnie de Jésus au moment de son établissement au milieu du 16ème siècle. Le débat épistolier s’argumente autour d’une intrigue qui implique Jésuites, lettrés, Eglise, Royaume ibériques sur fond d’Inquisition.

Ces échanges de lettres nous plongent dans notre actualité du 21ème siècle où la violence et le nihilisme occupent la place des valeurs humanistes.

« La terreur est plus efficace lorsqu’elle brise les consciences, pire encore lorsqu’elle les contraints à se renier ». Les zélateurs du tribunal de la foi (…) trouvent dans ce malheur une source naturelle d’inspiration et redoublent de fureur dans leur prêches ».

Ces mots ne sont-ils pas ceux d’aujourd’hui où l’obscurantisme gagne du terrain partout dans le monde ? L’auteur par le biais d’un des protagonistes avertit en une philosophie vibrante et prometteuse : « la brutalité de quelques uns mènera pendant longtemps encore sa sarabande du mal pour la ruine du plus grand nombre ici-bas, mais n’est-il pas de notre devoir de dessiner sans cesse dans nos discours l’horizon de ce pays de nulle part qu’évoque Thomas More ? ».

Historique, religieux, policier ce roman est tout simplement captivant où l’intelligence du propos s’orne d’un brin d’ironie.

Pour notre plaisir de la lecture Rodriguez a l’écriture déliée, limpide, délicieusement obséquieuse, tranquillement insidieuse convenant à cette époque qui annonce le classicisme.

Et « Da Vinci Code » ?

Le Faussaire
René Rodriguez
Edition José Corti
284 pages 16 euros


Publié le Lundi 11 Septembre 2006 dans la rubrique Culture | Lu 1976 fois