Sommaire
Senior Actu

Le Commission européenne propose 5 mesures pour désamorcer la bombe à retardement démographique

Le vieillissement de la population européenne pose un problème sans précédent à l’ensemble de la société, mais c’est un problème à la résolution duquel il faut s’atteler sans attendre. Telle est la conclusion d’une nouvelle communication de la Commission européenne, intitulée « L'avenir démographique de l'Europe, transformer un défi en opportunité », selon laquelle les États membres sont capables de faire face à l’amenuisement de la main-d’œuvre et, précisément, au vieillissement de la population.


Les clés du succès sont, en l’occurrence, selon la Commission européenne, l’encouragement au renouvellement démographique, la création d’emplois et l’allongement de la vie professionnelle, l’accroissement de la productivité, l’intégration des immigrés et la viabilité des finances publiques.

Le commissaire à l’emploi, aux affaires sociales et à l’égalité des chances, M. Vladimír Špidla, a déclaré à ce propos : « Les préoccupations engendrées par l’existence d’une bombe à retardement démographique doivent nous conduire à engager immédiatement la réforme qui s’impose. Les dix prochaines années nous offrent un créneau : sachons l’exploiter comme il convient ! »

La nouvelle communication énonce cinq mesures « concrètes » pour épauler les États membres dans leur adaptation au changement démographique suivant leurs caractéristiques nationales respectives : aider les citoyens à équilibrer vie professionnelle et vie privée, de manière qu’ils puissent avoir autant d’enfants qu’ils le désirent ; améliorer les perspectives d’emploi pour les personnes plus âgées ; accroître le potentiel de productivité et de compétitivité par une valorisation de la contribution des travailleurs âgés comme des plus jeunes ; exploiter les avantages inhérents à l’immigration pour le marché de l’emploi ; veiller à la viabilité des finances publiques pour contribuer à garantir une protection sociale à long terme. …/…
Le Commission européenne propose 5 mesures pour désamorcer la bombe à retardement démographique

Pour M. Špidla, « l’Europe de demain commence aujourd’hui. Les pouvoirs publics doivent modeler leurs politiques en fonction du nouvel ordre démographique. Par exemple, les femmes entre 30 et 45 ans se voient de plus en plus fréquemment astreintes à porter un triple fardeau : maternité, carrière et prise en charge des parents, à mesure que ceux-ci avancent en âge. Dans le contexte de la “méthode du cycle de vie”, nous devons assouplir nos systèmes éducatifs et nos schémas professionnels, de manière à aider ceux qui veulent avoir des enfants au moment choisi par eux ». Le commissaire a ajouté : « Il est important que les États membres adressent aux entreprises comme aux particuliers un message convaincant qui soit de nature à inciter les uns comme les autres à modifier leurs attentes et leur comportement, notamment en ce qui concerne le marché du travail. »

La stratégie de l’Union européenne pour la croissance et l’emploi, conçue pour surmonter les problèmes qu’engendre le vieillissement démographique, décrit une réforme en plusieurs étapes qui se veulent concrètes : il est impératif de modifier le fonctionnement des entreprises, notre organisation du travail et notre gestion du changement. La communication ne prône pas l’adoption d’une nouvelle stratégie devant le vieillissement : elle insiste plutôt sur la nécessité pour les États membres d’intensifier leurs efforts et de concrétiser la stratégie pour la croissance et l’emploi. Toutes les politiques doivent prendre en considération le vieillissement de la population européenne.

Les Européens vivent plus longtemps et en meilleure santé et l’accès des femmes au marché du travail est devenu plus équitable. « C’est là une évolution dans la bonne direction, mais nous sommes aussi tenus de revoir nos politiques en matière de retraite » indique ce communiqué de la Commission. Les premiers résultats enregistrés dans les États membres sont encourageants et montrent que l’Europe peut relever le défi.

Aujourd’hui, on compte quatre personnes en âge de travailler pour une personne de plus de 65 ans. Avec la chute des taux de natalité, l’augmentation de l’espérance de vie et le départ à la retraite de la « génération du baby-boom », ils ne seront plus, d’ici à 2050, que deux travailleurs à cotiser pour un retraité. Mais, malgré la contraction de la part de la population européenne en âge de travailler, le taux d’emploi en général devrait continuer de s’élever jusqu’en 2017, conséquence de l’arrivée et du maintien sur le marché du travail d’un nombre accru de femmes et de personnes âgées.


Publié le Lundi 16 Octobre 2006 dans la rubrique Société | Lu 2580 fois