Sommaire
Senior Actu

La vieillesse n'est pas une maladie, Alzheimer, un diagnostic bien commode d'Alain Jean (livre)

Les éditions Albin Michel vont publier le 5 février 2015 un ouvrage intitulé « La vieillesse n’est pas une maladie. Alzheimer, un diagnostic bien commode » du médecin gériatre Alain Jean. Dans ce livre, dérangeant et bouleversant, l’auteur partage avec une profonde empathie ce que ressentent des personnes très âgées qui sont atteintes de déficit cognitif.


La vieillesse n'est pas une maladie
Rappelons qu'aujourd'hui, 850.000 personnes en France sont directement touchées par la maladie d’Alzheimer et 600 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jour ! Des chiffres qui font froid dans le dos : plus 75% de cas de démence dans la population générale entre 2010 et 2030 et plus 200% chez les plus de 90 ans, la maladie d’Alzheimer représentant environ 60-70% de ces cas…
 
De tout temps, on a parlé de « sénilité »... « Oui c’est normal. M. X, il est vieux, il perd la boule, il n’a plus toute sa tête ». Mais aujourd’hui, avec l’augmentation de l’espérance de vie, notamment après 60 ans, notre vision des aînés atteints d’un déficit cognitif -lié tout simplement au vieillissement cérébral- a évolué… Et avec elle, le diagnostic de la maladie d’Alzheimer, qui s’est considérablement étendu !
 
Rappelons que la maladie d’Alzheimer (et autres pathologies apparentées) est une maladie évolutive qui affecte principalement les personnes âgées et certains jeunes seniors. Elle peut s’avérer particulièrement difficile à vivre tant pour le malade lui-même que ses proches.
 
« Poser l’étiquette « Alzheimer » sur une personne ne fait qu’exprimer l’horreur qu’inspire le vieillissement à une société qui se croit éternellement jeune. Et à en exclure une partie de la population », nous dit Alain Jean, médecin généraliste et gériatre hospitalier. Dans ce nouvel ouvrage, ce spécialiste s’interroge : « l’objectif de tout ce livre consiste, en effet, à s’interroger sur la réalité de la « maladie » d’Alzheimer. Et si, pour finir, elle n’existait pas ? Et si, pour aller à contre-courant de l’opinion moyenne, y compris médicale, les choses étaient loin d’être si solidement établies ? Comme on veut, à toute force, nous le faire croire ».
 
In fine, Alain Jean aborde un débat plus que d’actualité : à force de vouloir maîtriser à tout prix la vieillesse et la mort, n’est-ce pas la médecine qui perd la raison ?
 
Lire aussi


Publié le Lundi 2 Février 2015 dans la rubrique Santé | Lu 1904 fois