Sommaire
Senior Actu

La vieille dame et la grande arche : retour sur scène d’Ingeborg Liptay à l’âge de 75 ans

Après une interruption de trois ans, la danseuse et chorégraphe Ingeborg Liptay, 75 ans, revient sur scène, à l’ombre des tours de La Défense, à l’occasion de la 5e édition du festival Seine de danse. Elle se produira le mercredi 26 mai 2010 sur une musique de Chostakovitch dans un solo intitulé Les ailes de la gravité.


À 75 ans, Ingeborg Liptay continue de danser, de créer et d’enseigner sa technique. Petit retour biographique sur la carrière de cette artiste…

Ingeborg Liptay, crée sa compagnie en 1972, à Montpellier, où elle ouvre un studio de danse, lequel devient un lieu de pratique, de création chorégraphique et de pédagogie. Dans les années 90 une série de solos d'une grande profondeur lui apporte un peu de visibilité. Elle se consacre sans relâche au mouvement, et a élaboré une connaissance originale du corps et de la danse dans leur rapport à la musique. Le son y fait le lien entre la matière et l’esprit.

-De Essen à Paris Après avoir reçu l’enseignement de Kurt Joss à la Folkwangschule de Essen dans la promotion qui précède celle de Pina Baush, en 1960 elle rejoint Karin Waehner à Paris. Elle a 26 ans.

-L’expérience New Yorkaise 1963 Elle étudie chez Martha Graham, Claude Thompson, Alvin Ailey. À Paris avant le départ, Dizzy Gillespie lui a donné une invitation permanente pour le Bird Land, club de jazz à Broadway… Là elle va entendre les plus grands musiciens de jazz de l’époque. L’expérience musicale intense de ce séjour à New York est déterminante pour le rapport d’Ingeborg à la musique, au son et la compréhension qu’il approfondit. Elle a vu et n’oubliera jamais que “ l’immensité d’une œuvre peut émerger d’une situation humaine misérable ”. Elle sent que “ la musique peut vous danser ”.

-De l’Afrique à la garrigue 1970 en Casamance. Là elle a compris qu’“ il y a des danses qui, liées à la musique, permettent de survivre quand la vie est trop difficile en soi ”.

-Montpellier 1972 Elle crée sa compagnie avec Morton Potash, pianiste, américain à Montpellier. Des générations d’amateurs et de professionnels ont dansé avec elle jusqu’à aujourd’hui.

Pour cette 5e édition du festival Seine de danse, la compagnie Ingeborg Liptay va donc présenter la pièce Les ailes de la gravité puis mettre en scène dans la foulée dix élèves d’écoles de danse des Hauts-de-Seine dans le cadre d’un extrait de Lumière du vide.

Les ailes de la gravité – mercredi 26 mai à partir de 12h30 et à partir de 18h - Gratuit
La gravité n'est pas reconnue comme force motrice. D'où un monde en stagnation. Il aut retrouver la fluidité, se mettre dans le champ de la gravité. Il faut retrouver les rythmes qui ouvrent et libèrent le temps et l'espace. Ceux qui résonnent dans l'homme. Ingeborg Liptay

Extrait de Lumière du vide – mercredi 26 mai à 18h à 19h30 – en plein air - Gratuit
La puissance du Heavy metal et la charge d’émotion du rock du groupe américain TOOL sont ici les outils de la chorégraphie. La danse d'Ingeborg Liptay puise sa force dans la complexité des sons et la richesse des rythmes, et la transforme en énergie pure. Les élèves des Conservatoires de danse des Hauts-de-Seine présentent ici un extrait de cette pièce transmis par la chorégraphe et son assistante Agnès de Lagausie.

Seine de danse 2010

Du 25 au 30 mai, le Conseil général des Hauts-de-Seine organise la 5e édition du festival Seine de danse, sur le parvis de La Défense, avec le soutien de Defacto (EPGD). Pendant 6 jours, le parvis deviendra une immense aire de jeu et d’expérimentation, en accueillant plus de 100 artistes, 20 compagnies, 100 danseurs amateurs, à l’occasion de 30 spectacles et 50 représentations.

Au programme : des représentations en plein air gratuites, singulières et originales, entre gratte-ciels, œuvres d’art et jardins suspendus pour perturber le rythme effréné du parvis de La Défense et surprendre le public averti et de passage. En soirée et en matinée, six représentations auront lieu sous chapiteau, à des tarifs attractifs (8 euros et 5 euros), pour des traversées artistiques variées.


Publié le Mercredi 21 Avril 2010 dans la rubrique Culture | Lu 1392 fois