Sommaire
Senior Actu

La troisième miss Symons de Flora M. Mayor : fiel, mon mari !

A aucun moment, l’intérêt ne se relâche dans ce conte de fée à l’envers, où le vilain petit canard… reste vilain. Tout au long de ces 128 pages, on suit chaque étape de la vie d’Henrietta.


Elle « était la troisième fille et le cinquième enfant des Symons, si bien que, lorsqu’elle arriva, l’enthousiasme de ses parents pour les bébés avait décliné. Néanmoins, les premiers mois, naturellement, elle fut importante et requit beaucoup de temps. Quand elle eut deux ans, un autre garçon naquit et lui ravit son honorable position de cadette. A cinq ans, sa vie atteignit son zénith ».

Puis, vint le temps des déboires. La gamine a un caractère exécrable, soupe au lait, cherchant querelles à ses frères et sœurs sans oublier ses camarades, qui la fuiront rapidement.

L’âge venant, elle n’aura de cesse de se trouver, sinon l’amour, un mari, malgré une tentative malheureuse.

Il ne faut rien dévoiler de toutes les péripéties qui émiettent son existence, mais laisser venir en soi ce délicieux poison fait de récriminations, de rancœurs, d’espoirs déçus, de velléités sans issue, d’élans qui retombent à plat.

Là où on pourrait trouver de l’ennui à l’énoncé de tous ces échecs, le lecteur y trouve un réel plaisir, mélange d’émotions et de sadisme, car l’écriture fluide est rehaussée par une ironie dévastatrice qui incise chaque phrase.

On y découvre alors une femme qui, malgré elle, s’émancipe des préjugés sociaux : « même aujourd’hui où il existe une certaine image de liberté et de choix, il n’est pas facile pour une femme de savoir comment disposer de sa vie quand on se retrouve à trente-neuf ans à ne devoir compter que sur ses propres ressources, sans préparation aucune, ni ambitions ou compétences particulières ».

Ce roman fut publié la première fois en 1913, c'est-à-dire aujourd’hui.

La troisième miss Symons
Flora M. Mayor
(traduit de l’anglais par Alexandra Lefebvre)
Editions Joëlle Losfeld
128 pages
11.90 euros
La troisième miss Symons de Flora M. Mayor


Publié le Lundi 7 Septembre 2009 dans la rubrique Culture | Lu 1997 fois