Sommaire
Senior Actu

La tension sous pression : grande campagne d’information sur l’hypertension artérielle difficile à traiter

Des experts internationaux viennent de lancer une nouvelle campagne d’information sur l’hypertension artérielle fort justement baptisée « La tension sous pression ». Ce plan de communication est plus particulièrement destiné aux patients ayant une hypertension difficile à traiter. Résistante aux traitements. Une menace sérieuse pour la santé de près de cent millions de personnes dans le monde.


Selon cette grande enquête*, près des deux tiers des personnes ayant une « hypertension artérielle résistante aux traitements » ont indiqué dans une nouvelle enquête que l’hypertension artérielle restait leur principale préoccupation malgré un traitement médical continu.

Elles sont par ailleurs quatre sur cinq (81%) à indiquer avoir besoin de nouvelles solutions thérapeutiques pour pouvoir contrôler leur tension dangereusement élevée.

Rappelons que l’hypertension artérielle résistante est définie comme une hypertension artérielle persistante malgré un traitement à base de trois antihypertenseurs de différentes classes. Cette hypertension est une menace sérieuse pour la santé de près de 100 millions de personnes à travers le monde.

L’enquête a aussi révélé que les patients Français soignés pour une hypertension artérielle résistante aux traitements sont rendus soucieux par leur état de santé global. Les participants dont l’hypertension artérielle était résistante aux traitements, étaient suivis par un médecin généraliste (91%) ou un cardiologue (63%). Ils ont néanmoins déclaré pour 69% d’entre eux (plus des deux tiers) que leur état de santé général était « passable à mauvais ».

« Une nouvelle approche pour améliorer le contrôle de cette forme la plus difficile de l’hypertension artérielle est nécessaire » a indiqué Roland Schmieder, professeur de Médecine Interne, Néphrologie et Hypertension Artérielle et Directeur du Centre de Recherche Clinique en Hypertension Artérielle et de Médecine Vasculaire au sein du département de Néphrologie et d’Hypertension Artérielle du Centre Hospitalier Universitaire d’Erlangen, en Allemagne.

« Le nombre de personnes qui sont résistantes aux traitements s’est accru de 62% au cours des vingt dernières années. Les résultats de notre enquête soulignent l’impact de l’hypertension artérielle résistante aux traitements sur nos patients et le besoin pressant d’une alliance thérapeutique plus étroite entre les patients et leurs médecins, comme aussi celui de référer les patients de manière appropriée vers des spécialistes qui peuvent aider à la prise en charge de cette pathologie ».

De son côté, le professeur Xavier Girerd, président de la Société Française d’Hypertension Artérielle (SFHTA) et cardiologue à L’hôpital Pitié-Salpêtrière à Paris, a rajouté que « des données du Comité de Lutte Contre l’Hypertension Artérielle (HTA) montrent que l’HTA concerne plus de 12 millions de personnes en France et représente la première cause de maladie chronique. Bien que nous ayons en France un pourcentage de patients traités et contrôlés à 50,9%5, ce qui est un des meilleurs résultats parmi les pays d’Europe, il y a encore du chemin à faire avant d’atteindre le taux de 70% qui est celui obtenu aux USA. J’ai le souhait que la campagne La tension sous pression participe à amener plus de patients à l’objectif thérapeutique. »

L’étude a révélé que les personnes vivant en France avec une hypertension artérielle résistante aux traitements doivent faire face à plus de défis de santé que d’autres qui souffrent de formes moins graves de la maladie. Elles sont plus susceptibles d’avoir des affections pouvant remettre en cause leur pronostic vital, dont le diabète de type 2 (25% contre 10%), une maladie cardiaque déclarée (26% contre 8%) et l’obésité (38% contre 29%) en plus de l’hypertension artérielle.

Elles prennent en moyenne quatre différents types d’antihypertenseurs chaque jour (contre un produit pour les adultes avec une hypertension artérielle non-contrôlée qui sont sous antihypertenseurs) et elles luttent pour atteindre leur objectif tensionnel depuis plus de dix ans (contre six ans pour les adultes avec une hypertension artérielle non contrôlée).

Les patients de l’enquête ayant une hypertension artérielle résistante aux traitements indiquent que cette affection représente leur souci de santé le plus sérieux et a un fort impact sur leur vie quotidienne. Six patients sur dix (57%) admettent être très préoccupés par l’idée d’avoir un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) dû à leur hypertension artérielle.

Huit patients sur dix ayant une hypertension résistante aux traitements ont déclaré que leur hypertension avait un impact négatif sur leur tranquillité d’esprit (82%) et leur santé en général (83%).

De plus, les patients français ayant une hypertension artérielle résistante qui ont répondu à l’enquête, veulent avoir accès à d’autres options thérapeutiques. Trois patients sur cinq résistants aux traitements (60%) sont préoccupés par le nombre de médicaments qu’ils doivent prendre et plus de neuf sur dix (94%) disent qu’ils aimeraient que ce soit plus facile pour eux d’atteindre leur objectif tensionnel.

De plus, trois patients sur quatre résistants aux traitements (76%) disent que leur qualité de vie serait nettement améliorée s’ils avaient la possibilité d’atteindre leur objectif tensionnel en prenant moins de médicaments.

*Cette enquête est soutenue à la fois par la Société Européenne d’Hypertension Artérielle (ESH – European Society of Hypertension) et la Société Américaine d’Hypertension Artérielle (ASH – American Society of Hypertension). Elle a été menée par Harris Interactive sur une base internationale de plus de 4.500 patients dans différents pays dont le Brésil, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Royaume Uni, le Brésil, le Japon et les Etats-Unis. En Europe, 2,622 personnes ont participé à l’enquête, dont 424 en France.


Publié le Lundi 5 Décembre 2011 dans la rubrique Santé | Lu 2637 fois