Sommaire
Senior Actu

La solitude et la maladie augmentent le taux de criminalité chez les seniors

On assiste depuis quelques temps, à une augmentation de meurtres-suicides chez les personnes âgées. Vieillesse, maladie, solitude ou pauvreté conduisent parfois certains seniors à préférer ces fins violentes plutôt que de continuer à vivre une situation qu’ils jugent insupportable.


Dernièrement en France, en Vendée, un mari dont l’épouse était atteinte de la maladie d‘Alzheimer, ne supportant plus de voir sa femme diminuée physiquement, lui a donné la mort avant de retourner son arme contre lui.

Dans la région de l’Aragon située au nord-est de l'Espagne, cette tendance semble prendre de l’ampleur puisque depuis le début de l’année, huit crimes sur dix concernent ce type de violence, indique un récent article d’un quotidien local El Periodico de Aragon.

Cet impressionnant pourcentage n’est cependant pas le reflet de la moyenne nationale : 21% vs 80%. Cependant, il est important de s’attarder sur ce phénomène qui commence petit à petit à prendre de l’ampleur dans tous les pays vieillissants. C’est presque toujours le même scénario. Un(e) conjoint(e) malade, la solitude, des problèmes financiers… Et un jour le drame survient. Pourtant, selon les spécialistes, la plupart du temps, les couples impliqués dans ces affaires n’ont jamais connu de conflits majeurs ni été sujets à des violences dans leur passé.

Depuis le début de l’année, deux affaires de ce type ont eu lieu dans la région de Saragosse. La première en janvier dernier. Une femme de 84 ans souffrait de la maladie d’Alzheimer. Son mari, 86 ans, ne supportant les souffrances de son épouse l’a égorgée puis s’est pendu.

Plus récemment, une dame de 73 ans qui souffrait d’une maladie rénale, dont l’état ne cessait d’empirer, a été tuée par son mari à coups de clef anglaise. Le conjoint, âgé de 70 ans, confronté à des problèmes financiers, à la maladie de sa femme et à la solitude s’est ensuite ouvert les veines, s’est allongé à côté de son épouse, lui a pris la main et s’est endormi. Quelques heures plus tard, il s’est réveillé et s’est livré à la police.

Depuis 2000, une cinquantaine de seniors ont été assassiné en Espagne par leur conjoint. Souvent, l’homicide a été suivi du suicide du meurtrier. Selon les enquêteurs qui travaillent sur ce genre d’affaires, dans de nombreux cas, ces meurtres-suicides sont le résultat d’un commun accord entre les époux âgés.

Pour en savoir plus, lire aussi :

Alzheimer : meurtre-suicide, un nouveau drame montre qu’il faut soutenir les aidants
États-Unis - suicide et meurtre du conjoint : une tendance qui se répand chez les seniors
La solitude et la maladie augmentent le taux de criminalité chez les seniors


Publié le Mercredi 6 Juillet 2005 dans la rubrique Société | Lu 6307 fois