Accueil
La Newsletter ▼
Facebook
Twitter
Rss
 
Santé

La sécheresse oculaire ou le syndrome des yeux secs : deux nouveaux traitements du laboratoire Inophta


Avoir les yeux secs, c’est tout simplement le résultat d’une insuffisance en quantité ou en qualité de l’hydratation de la surface de l’œil. Cette pathologie fréquente est souvent invalidante. Le manque de larmes provoque un inconfort oculaire et risque d’abîmer la surface des yeux.


Pathologie souvent liée à notre mode de vie, la sécheresse oculaire peut entraîner un déséquilibre physiologique important et altérer nos capacités visuelles.

Une personne sur sept souffre de sécheresse et d’irritation oculaire et en France la prévalence du syndrome de l’œil sec est de 9 millions de personnes et progresse régulièrement.

Pourquoi l’œil sèche-t-il ?

Une insuffisance des composantes naturelles de larmes ou une diminution de la production de larmes peut se traduire par une dégradation du film lacrymal entraînant une sécheresse qui pourra alors « déstabiliser » l’équilibre physiologique du tissu oculaire.

Quels sont les symptômes associés ?

Sensations de brûlure, de piqûre, d’irritation, rougeurs occulaires, sensations de grains de sable, sensibilité à la vive lumière, sensations de fatigue, sensations d’inconfort oculaire, difficultés à porter des lentilles.

Quelles sont les causes de la sécheresse oculaire ?

Les symptômes de sécheresse oculaire apparaissent généralement chez l’adulte. Cette incapacité à produire des larmes peut être provoquée par différents facteurs : La pollution ;Le tabagisme ; La climatisation ; Le travail sur nos ordinateurs ; Le port de lentilles de contact ; Les changements hormonaux ; La prise de médicaments

Quels sont les traitements médicaux ?

Le traitement de la sécheresse oculaire consiste habituellement à instiller des larmes artificielles dans les yeux. Si cette approche est efficace par le soulagement qu’elle procure, il est conseillé de compléter ce traitement par un apport de fond en antioxydants et en acides gras.

Dans ce contexte, le laboratoire INOPHTA innove contre le traitement de cette sécheresse oculaire en proposant un traitement efficace pour l’hygiène et le confort visuel.

La sécheresse oculaire ou le syndrome des yeux secs : deux nouveaux traitements du laboratoire Inophta

Pour une action de fond LACRY+ et OXYAL pour une action de surface

La sécheresse oculaire ou le syndrome des yeux secs : deux nouveaux traitements du laboratoire Inophta
LACRY+ est un complément alimentaire pour prévenir et améliorer les sensations de sécheresse, d’irritation oculaire et de fatigue visuelle. Composé de divers ingrédients (acides gras essentiels, antioxydants vitaminiques, extraits de plantes et minéraux), il apporte à l’organisme les nutriments indispensables qu’il ne peut synthétiser et qui participent au bon fonctionnement de la vision et à l’hydratation de l’œil.

Un simple déficit peut entraîner des perturbations du métabolisme cellulaire et générer des troubles graves : perte d’acuité visuelle, fatigue, sécheresse et irritation oculaire et parfois même cécité.

La prise de compléments alimentaires adaptés est donc la solution la plus simple pour prévenir et anticiper naturellement le développement de certaines pathologies ophtalmiques.

Prix de vente 13.90 euros

OXYAL pour le confort oculaire

C’est une solution lubrifiante testée cliniquement. OXYAL va soulager durablement en surface et agit rapidement. Sa formule unique, stabilise la couche lipidique du film lacrymal, régule et améliore l’humidification de la surface des yeux et des paupières.

Toute nouvelle génération de produits d’hydratation oculaire, ce collyre maintient et restaure les conditions physiologiques de la surface oculaire grâce à son action prolongée.

Prix de vente 14.90 euros

Ces produits sont disponibles en pharmacie, parapharmacie et sur Internet

Interview du Dr Olivier Roche – Ophtalmologiste à l’Hôpital Necker Paris

Quelles sont les causes de la sécheresse oculaire ?

Il est important de faire un bref rappel sur la physiologie des larmes et de la surface oculaire. Le film lacrymal est composé de trois couches : la plus externe est la couche lipidique qui permet de diminuer l'évaporation naturelle des larmes et de protéger nos yeux contre les agressions extérieures en captant les poussières ou autres allergènes.

Vient ensuite la couche aqueuse qui hydrate la surface oculaire et maintient notre épithélium de cornée transparent par son action trophique. Elle gomme les défauts de la surface oculaire avec un effet optique et lubrifie aussi les paupières. Enfin, les larmes lavent en permanence la surface de l'oeil et empêchent l'adhésion des corps étrangers et allergènes.

Enfin, la couche protéique est une interface entre le tissu et la couche aqueuse, elle reçoit des informations de qualité des phases précédentes et est impliquée dans la cicatrisation de la surface cornéenne et la protection contre les agents infectieux. Il faut donc préciser qu'il n'existe pas une mais des causes de sécheresse oculaire.

Dans les pays industrialisés, plusieurs causes sont observées :

Le vieillissement altère le fonctionnement des glandes qui assurent la qualité de la couche lipidique. L'évaporation est alors augmentée et l'irritation entraîne un phénomène de larmoiement réflexe qui récidive plusieurs fois dans la journée.

La blépharite (tabac, allergie) et la conjonctivite (allergie) peuvent aussi êtres responsables de la rupture du film lacrymal avec un mécanisme un peu différent car des brûlures oculaires plus intenses surviennent.

Le travail sur écran diminue la fréquence du clignement et augmente la sécheresse de la surface oculaire.

La qualité de l'alimentation est aussi impliquée dans l'apparition de ces troubles.

Des maladies immunologiques fréquentes sont aussi à l'origine de ces troubles comme la maladie de Gougerot-Sjogren. Le port de lentilles cornéennes au long cours.

Pourquoi le nombre de patients atteints progresse-t- il ?

La population vieillit, les maladies auto-immunes sont plus fréquentes avec l'âge et l’allergie progresse avec la pollution. Le temps de travail sur écran augmente. Notre alimentation est de moins en moins variée.

Quels sont les traitements proposés ?

Le traitement initial le plus simple est l'apport de collyres substitutifs qui compensent le déficit de larmes. Viennent ensuite des moyens hygiéno-diététiques alimentaires et locaux, puis enfin des thérapeutiques immuno modulatrices plus complexes comme les corticoïdes ou la ciclosporine.

La lubrification directe de la surface oculaire est aussi efficace avec des carbomère ou de l'acide hyaluronique sous forme de gel ou de collyre.

Que peuvent apporter les compléments alimentaires ?

Ils rééquilibrent les apports en Omega 3 qui assurent une meilleure stabilité de membranes cellulaires et ont un effet anti-apoptotique et anti-inflammatoire. Ils apportent des antioxydants sous forme de vitamines et oligo-éléments qui aident à la physiologie cellulaire et à la lutte contre les radicaux libres. Ils permettent d'assurer un apport régulier en nutriments et de ne pas tenir compte d'un régime alimentaire qui peut être culturellement inadapté, soit par goût, par évolution culturelle ou par manque de temps pour une alimentation saine.

Quel est l'intérêt de la synergie des deux produits ?

Ils permettent de rompre le cercle vicieux, irritation, inflammation, oxydation, souffrance cellulaire et tissulaire, irritation... Ils apportent un confort plus rapide et une qualité de vie supérieure aux patients atteints de ces troubles.

Lu 122689 fois
Publié le Lundi 30 Juillet 2007


Réagissez




Suivez-nous sur Facebook

Découvrez les 10 articles les plus :

Newsletter : restez informés par email