Sommaire
Senior Actu

La santé bucco-dentaire dans les résidences pour personnes âgées avec l’Agirc-Arrco

La santé bucco-dentaire contribuant à une bonne santé globale, l’Agirc et l’Arrco mènent actuellement une campagne de sensibilisation dans les établissements pour personnes âgées dont ils sont propriétaires. Une prestation inscrite dans le cadre de leur plan médico-social et sanitaire. Détails.


Une majorité (80%) des résidents en EHPAD n’a pas bénéficié de consultation dentaire depuis cinq ans. Or, la santé bucco-dentaire est loin d’être négligeable.

Inconfort, douleur ou infections sont susceptibles d’engendrer des problèmes de digestion, des troubles de l’alimentation qui peuvent aller jusqu’à la dénutrition ou entraîner d’autres pathologies.

Leur impact sur la vie sociale n’est pas non plus à sous-estimer : avoir une bonne et belle dentition valorise l’image et l’estime que l’on a de soi. C’est pourquoi le Plan médico-social et sanitaire mis en place par les régimes de retraite complémentaire fait de l’axe bucco-dentaire un point important de sa démarche de prévention en établissements.

En début d’année 2012, l’Agirc et l’Arrco ont communiqué à leurs établissements pour personnes âgées les modalités de mise en place d’actions de sensibilisation et d’information auprès du personnel, des résidents et de leurs familles.

Dans les faits, le déploiement de l’opération a d’ores et déjà commencé et devrait couvrir l’ensemble des établissements d’ici trois ans. Menées en partenariat avec des professionnels locaux, souvent via l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD), ces actions peuvent prendre des formes très diverses : réunions d’information, démonstrations, diffusion de supports d’information et de kits d’hygiène bucco-dentaire, formation des personnels soignants aux principes de l’hygiène bucco-dentaire avec mises en situations réelles, opérations de dépistage donnant lieu à un bilan dentaire avec préconisations, soins de confort…

Financées par les régimes de retraite complémentaire sur un budget de 800 000 euros, ces opérations doivent répondre à un cahier des charges précis. Par ailleurs, la démarche est prévue pour s’inscrire dans la durée. Dans chaque établissement, un « référent en santé et confort oral » sera désigné. Avec pour mission d’instaurer ou de maintenir une veille bucco-dentaire auprès des résidents en collaboration avec le chirurgien-dentiste formateur.


Publié le Mercredi 16 Mai 2012 dans la rubrique Santé | Lu 1492 fois