Sommaire
Senior Actu

La recherche sur les cancers avance, changeons de regard : nouvelle campagne de sensibilisation

Dans la continuité du programme engagé en 2007 avec la campagne « Nous sommes 2 millions de héros ordinaires », Nora Berra, Secrétaire d’État chargée de la Santé et l’Institut National du Cancer (INCa) ont lancé hier, une nouvelle campagne de sensibilisation intitulée « La recherche sur les cancers avance, changeons de regard ».


Inscrite dans le cadre de l’axe 5 du Plan cancer 2009-2013 (« Vivre pendant et après un cancer »), dont l’objectif est d’« améliorer la qualité de vie pendant et après la maladie » et de « combattre toute forme d’exclusion », cette campagne vise à favoriser un regard moins distant, moins fataliste de la société sur les cancers et sur les personnes touchées, en provoquant une prise de conscience de l’opinion et en mettant en avant les progrès accomplis grâce aux avancées de la recherche.

Même si des évolutions se font jour, la perception du cancer reste en effet dominée par des représentations qui l’inscrivent dans le registre de la fatalité, de la souffrance et de la mort. Comme l’a rappelé la ministre « près de 70% des Français citent le cancer en premier parmi les trois maladies qu’ils jugent les plus graves et 65% considèrent que le cancer n’est pas une maladie comme les autres* ».

Pourtant, les progrès accomplis ces dernières années dans le domaine des traitements et de la qualité de la prise en charge sont réels, et de plus en plus de cancers sont guéris ou vécus comme des maladies chroniques. Les avancées de la recherche et l’accélération du transfert des découvertes au bénéfice des malades ouvrent des perspectives prometteuses. Il existe donc un réel décalage entre la représentation persistante d’une maladie incurable et la réalité actuelle, inscrite dans une dynamique positive de progrès.

Ces représentations associées au cancer ont des conséquences sur la vie sociale des personnes touchées (malaise, voire prise de distance de l’entourage, difficultés de réinsertion professionnelle…), qui viennent s’ajouter aux difficultés liées à la maladie elle-même.

Ainsi, 48% des Français considèrent d’ailleurs que « quand on a un cancer, on est souvent mis à l’écart »**, traduisant ainsi la forte perception d’une relégation sociale des personnes atteintes de cancer. Or, comme l’a souligné ce jour Nora Berra, secrétaire d’État chargée de la Santé, « dans le contexte actuel de baisse de la mortalité et d’amélioration des taux de survie –taux de survie à cinq ans supérieur à 50% tous cancers confondus, qui atteint et dépasse les 80 % pour certains types de cancers-, de plus en plus de personnes vivent et vivront après un diagnostic de cancer. Il est donc essentiel de favoriser un changement de regard et de créer les conditions d’une meilleure insertion sociale des personnes touchées. Cela passe par la mise en oeuvre de dispositifs organisationnels concrets, inscrits dans le Plan cancer 2009-2013, mais aussi par un travail sur les représentations et une sensibilisation des Français. »

La recherche sur les cancers avance, changeons de regard : nouvelle campagne de sensibilisation
Le dispositif de communication de la nouvelle campagne comprend :

Une campagne d’affichage nationale du 17 au 25 mai : composée de dix affiches fonctionnant par paires, elle met en scène les portraits de cinq personnes ayant été touchées par un cancer, associés à des commentaires représentatifs des réactions de l’entourage familial, amical ou professionnel. Sous l’accroche « je suis une personne, pas un cancer », chacune de ces personnes appelle les autres à ne pas la réduire à sa maladie et à la considérer comme une personne avant tout. La campagne d’affichage est présente sur les réseaux Abribus de toutes les grandes villes, dans les gares et dans le métro parisien.

Une campagne télévisée diffusée du 22 mai au 11 juin, composée de deux films de 30 secondes réalisés par Jacques Audiard. Les films partent du constat que les personnes touchées par un cancer voient souvent leur entourage changer de comportement vis-à-vis d’eux, devenir mal à l’aise, gênés, parfois les éviter. Ils visent à montrer que grâce aux progrès thérapeutiques, le quotidien des personnes atteintes de cancer change peu à peu, et nécessite que le regard de la société change lui aussi pour s’adapter à cette nouvelle réalité. Ces films sont diffusés sur les chaines hertziennes, sur une sélection de chaînes de la TNT, du câble et du satellite et des départements d’outre-mer.

Une invitation à témoigner sur Facebook
et sur la ligne Cancer info : pendant toute la période de la campagne, la page Facebook « Institut National du Cancer : Mobilisons-nous contre les cancers » et la ligne téléphonique Cancer info (0 810 810 821, au prix d’un appel local) offrent la possibilité aux personnes malades et anciens malades qui le souhaitent d’apporter leurs témoignages sur le regard de leur entourage et de la société vis-à-vis de leur maladie : ce qui les a aidés, ce qui leur a manqué ou a été difficile, et ce qu’ils aimeraient voir changer à cet égard.

Premier volet d’un programme de communication en deux temps, cette campagne sera complétée fin 2011-début 2012 par un dispositif consacré à la valorisation des avancées de la recherche sur les cancers. Ce second volet prendra principalement la forme d’un web documentaire, réalisé en partenariat avec l’INSERM.

*Baromètre cancer 2010, enquête réalisée auprès d’un échantillon aléatoire de 3 728 personnes représentatives de la population française âgée de 15 à 85 ans, recueil des données par téléphone du 3 avril au 7 août 2010 (données en cours d’analyse, étude à paraître fin 2011, INPES éditions).
**Baromètre cancer 2010.


Publié le Mercredi 18 Mai 2011 dans la rubrique Santé | Lu 2250 fois