Sommaire
Senior Actu

La présence des enfants bénéfique au bien-être des seniors veufs(ves) mais pas de cohabitation

Lorsqu’un senior perd son conjoint, le fait d’être entouré de ses enfants pourrait l’aider à supporter sa peine, à condition toutefois, que la présence de ces derniers ne soient pas trop omniprésente indique une récente étude américaine réalisée par des chercheurs de l’Université Rutgers du New Jersey et de l’Université du Michigan, qui va paraître dans l’édition de septembre de la revue spécialisée Research on Aging.


Selon cette récente étude, les seniors veufs(ves) peuvent améliorer leur bien-être psychologique s’ils vivent à environ une heure de route de leurs enfants. Toutefois, vivre chez ou avec eux, peut aussi entraîner des problèmes dans leur vie sociale quotidienne indiquent ces scientifiques.

En utilisant les données d’une étude ayant portée sur plus de 1.500 personnes âgées de plus de 65 ans, l’équipe de l’Université du Michigan a découvert que :

- vivre a proximité d’un enfant adulte est associé à des taux de détresse psychologique moins élevés chez les personnes âgées qui viennent de perdre leur conjoint, à condition cependant qu’elles n’aient pas le sentiment d’être trop dépendantes de leur fils/fille.
- Les rapports sociaux qu’entretient un(e) veuf(ve) avec ses amis, ses proches ou ses voisins décroît sensiblement s’il réside chez l’un de ses enfants adultes.
- La proximité géographique parent-enfant ne change rien à la tristesse et au sentiment de manque causé par la perte du conjoint. « Nos résultats semblent montrer qu’aucune cohabitation d’un parent chez l’un de ses enfants ait un effet positif sur ces seniors qui viennent de perdre leur conjoint » précise l’une des responsables de cette étude dans une note préliminaire.

Pour en savoir plus, lire aussi :

Pays-Bas – Selon le ministère de la Santé, les veufs auraient des difficultés à assumer leur célibat
Etats-Unis – Des cours de cuisine pour hommes âgés portent leurs fruits


Publié le Vendredi 26 Août 2005 dans la rubrique Société | Lu 2369 fois