Société

La place des seniors dans le bénévolat français…


A la retraite ou proches de l’être, les baby-boomers s’interrogent souvent sur les questions de l’utilité sociale, du sens de la vie et du temps: « Que faire de mon temps libre ?, Comment transmettre mon expérience ?, Que vais-je léguer aux autres générations ?, etc. »… Dans ce contexte, la société Profils Seniors, spécialisée dans les études et les sondages dédiés à la population âgée fait le point sur la question du bénévolat en France.


L’enquête IFOP/France Bénévolat de 2010 note un taux important d’engagement bénévole des Séniors et une forte progression depuis une enquête INSEE de 2000.

Laquelle enquête indiquait que le taux d’engagement bénévole était à peu près équivalent dans toutes les tranches d’âges.

L’enquête IFOP / France Bénévolat relève la forte participation des seniors et plus particulièrement des seniors retraités. Le bénévole senior choisit son engagement en fonction de ses valeurs et de ce qu’il a envie de transmettre.

Différentes hypothèses sont proposées pour expliquer les raisons de cette progression :
- l’arrivée à la retraite des premières générations de « baby-boomers » devenus « papy boomers » depuis une dizaine d’année, la possibilité d’une longue période « d’activités », la conscience d’une longue espérance de vie après la retraite.
- fort maintien, pendant cette période, des départs anticipés en préretraite ;
- arrivée en retraite des premières générations de papy boomers avec la perception d’une génération privilégiée par rapport aux précédentes et aux suivantes, et donc nécessité de rendre par plus de solidarité qualitative.

Dans ce contexte, on peut noter que les plus de 50 ans sont nettement plus engagés que les autres tranches d’âges. Que les 50-64 ans ont un taux d’engagement de 45% et que les plus de 65 ans ont un taux d’engagement de 51%. Par ailleurs, la tranche des 50/65 ans est marquée par la sortie réelle du marché du travail, avec les préretraites se situant autour de 58 ans actuellement.

A quel moment se pose la question du bénévolat ?
Les seniors traversent une période de changements dans leur vie : contexte plus difficile de la retraite, évolution démographique en entonnoir… En tant que « génération charnière », ils peuvent être amenés à faire des choix de solidarité intrafamiliale, de solidarité de proximité, de solidarité via l’engagement associatif.

Néanmoins, certains seniors refusent l’engagement bénévole après un départ à la retraite dans des conditions difficiles. Selon France Bénévolat, ces personnes auraient besoin d’être accompagnées dans leur bénévolat. Dominique Thierry, vice-président de France Bénévolat, en charge du développement territorial, des études et de l’évaluation, parle de « Projet de vie » pour l’engagement bénévole des seniors. Il insiste sur le nécessité d’un accompagnement notamment au moment délicat de la transition travail / retraite.

Suivre les seniors pour :
- Anticiper la retraite ;
- Accompagner la transition travail/ retraite ;
- Informer sur les diversités des types d’engagement et des types de missions bénévoles ;
- Accompagner les nouveaux bénévoles, en particulier ceux qui découvrent l’engagement bénévole sur le tard et qui transfèrent le fonctionnement de l’entreprise au monde associatif.

Dominique Thierry, vice-président national de France Bénévolat, en charge du développement territorial, des études et de l’évaluation apporte son éclairage...

Profils Seniors : Dominique Thierry, France Bénévolat a mené cette étude avec l’IFOP sur La situation du bénévolat en France en 2010. En quelques mots, que retenez-vous ?
Dominique Thierry : le fait d’avoir ces données est déjà en avancée, les dernières données datant de 2000. Quelques statistiques générales. Les plus de 50 ans sont très engagés dans le bénévolat. On constate que l’engagement bénévole augmente à partir de cet âge-là.

Ainsi, 45% des 50-64 ans déclarent donner gratuitement de leur temps pour une moyenne générale de 38% ; de plus, cette question concerne 51% des plus de 65 ans. Le taux d’engagement est relativement important chez les jeunes : 29% chez les 15/24 ans. On constate une pédagogie de l’engagement : ceux qui ont connu l’engagement jeune, ont plus de chance de s’engager ensuite. Ils reprennent un engagement, allant croissant à partir de 35 ans, après leur entrée dans la vie active et la construction de leur famille.

En revanche, nous ne disposons pas de données fiables sur le temps passé. Une étude de 2005 estimait à 80h/an le temps passé. C’est sous-évalué.


Profils Seniors : Vous connaissez bien cette question du bénévolat des seniors sur laquelle vous avez vous-même travaillée ?
Dominique Thierry : en effet. Nous avons publié en 2010 une étude sur l’engagement bénévole des seniors. Nous avons cherché à comprendre l’esprit dans lequel les Séniors font du bénévolat. Nous avons abordé le sujet de la retraite, la question de sa préparation et lancé des pistes sur le mécénat et le bénévolat de compétences pour les seniors.

Profils Seniors : présentez-nous le profil du senior bénévole.
Dominique Thierry : nous l’avons organisé en trois catégories. Il y a le senior qui a plus ou moins l’habitude de l’engagement. Il s’engage soit au moment de la retraite soit lorsqu’il a plus de temps. Les deux-tiers des Français sont en retraite avant l’âge. Il prend des responsabilités et rebondit facilement. Pour celui-là, la transition travail - retraite se fait bien.

Il y a le senior qui s‘engage après un départ à la retraite, un départ anticipé ou une éviction professionnelle. Il est habité par un sentiment d’inutilité et la perte d’identité. A travers l’engagement bénévole, il recherche une reconnaissance sociale. Dans cette même catégorie, il y a aussi celui qui refuse de s’engager par méconnaissance ou par peur d’être trop occupé. Celui-là tourne en rond. Il souffre du « syndrome de la piscine » : il tourne autour mais n’avance pas.

Enfin, il y a celui qui ne connaît pas la vie associative et qui s’engouffre dedans pour compenser la peur du vide. Il veut maintenir une activité proche de son activité professionnelle. Il veut garder le même rythme et prend comme modèle l’entreprise.


Profils Seniors : la retraite est un tournant à prendre pour les seniors. Comment bien vivre ce changement ?
Dominique Thierry : l’engagement bénévole demande de passer d’une logique de pouvoir à une logique de service. La retraite est un passage délicat, une transition à vivre aussi difficile que l’adolescence qu’il est nécessaire d’accompagner. Nous proposons de définir avec eux un projet de vie. Une démarche déterminante pour permettre à certains de reconstruire leur identité et leur redonner le sentiment de servir à quelque chose.

Profils Seniors : d’où vient le bénévole senior ?
Dominique Thierry : il n’y a pas de corrélation entre la catégorie socioprofessionnelle et le taux d’engagement. On remarque toutefois que les personnes en grande difficulté ne sont pas présentes.

Profils Seniors : quelles sont les motivations des bénévoles en général ?
Dominique Thierry : Il n’y a pas de grandes différences entre les jeunes et les seniors. Les raisons récurrentes sont : le refus de l’inacceptable - la cause ; le handicap (les bénévoles étant touchés de près ou de loin) ; la recherche de sens pour des salariés dont le boulot est alimentaire ; la dette morale : « j’ai reçu et je dois rendre » pour les salariés jeunes ou les personnes retraitées ; la reconstruction d’une identité et d’un lien social ; et enfin, le développement des compétences sur le marché de l’emploi.

Propos recueillis par Ségolène de Montecler
Lu 2130 fois
Publié le Mercredi 1 Août 2012




Réagir à cet article :