Sommaire
Senior Actu

La pauvreté parmi les personnes âgées plus faible dans les nouveaux États membres de l'UE

Un nouveau rapport du Centre européen a démontré que les personnes âgées de 65 ans et plus des 25 États membres de l'Union Européenne sont exposées à une menace importante posée par les difficultés financières. Cependant, cette étude montre également que les aînés qui vivent dans les nouveaux États membres risquent deux fois moins de tomber sous le seuil de pauvreté que celles vivant dans les anciens pays de l'UE15.


Selon l'auteur, Asghar Zaidi, « environ treize millions de personnes âgées courent le risque de la pauvreté dans les 25 États membres de l'UE, ce qui équivaut presque à un sixième des 74 millions de personnes âgées vivant dans l'Union ».

Après maniement des chiffres -pour assurer une comparabilité internationale- le rapport a été en mesure d'indiquer le risque relatif de pauvreté dans chaque pays. Et voici un domaine dans lequel les nouveaux États membres sont déjà en avance sur les anciens de l'UE15 puisqu’ils présentent un risque de pauvreté deux fois moins élevé pour les personnes âgées.

« Les nouveaux États membres sont en grande partie les pays qui présentent le risque de pauvreté des personnes âgées le plus bas -le risque moyen de pauvreté pour les personnes âgées dans l'UE15 (19%) équivaut à plus du double de celui observé pour les personnes âgées dans les nouveaux États membres (9%) », peut-on lire dans le rapport.

L'étude a révélé que Chypre, l'Irlande, l'Espagne, le Portugal, la Grèce et le Royaume-Uni sont les pays dont le risque de pauvreté pour les personnes âgées est le plus élevé. Chypre présenterait le risque de pauvreté le plus haut avec 52%, ce qui signifie que sur 100 personnes âgées, 52 vivraient dans la pauvreté. À l'inverse, en République tchèque, seuls quatre pour cent de la population âgées courent un risque de pauvreté.

En comparaison avec la tranche d'âge des 16-64 ans, les personnes âgées risquent entre 1,5 et 2 fois plus d'être pauvres. Pour les femmes, le tableau est encore plus morose. « En moyenne, le taux de situation à risque de pauvreté des hommes âgés dans les dix nouveaux États membres est de 6% seulement contre 10% pour les femmes dans les nouveaux États membres, 16% pour les hommes âgés dans l'UE15 et 21% pour les femmes âgées dans l'UE15 », selon le rapport. Les femmes âgées de 75 ans et plus présentent le risque de pauvreté le plus élevé.

Il faudra un certain temps pour équilibrer ces vastes écarts entre les États membres de l'UE, indique cette étude. Une partie de la solution pourrait être d'équilibrer les régimes de retraite à travers les États membres, mais il s'agit là d'une tâche compliquée qui a ses partisans et ses détracteurs. « Un développement essentiel de la politique réside dans le fait que de nombreux pays se sont récemment lancés dans un nouveau renforcement de leurs programmes ciblés de pension minimale et d'aide sociale -ceci aura un effet positif sur la réduction de la pauvreté parmi les personnes âgées, bien que les connotations négatives associées aux bénéfices basés sur le niveau des ressources provoquent souvent une non utilisation de ces bénéfices », précise le rapport.

L'auteur constate également que de nombreux pays sont conscients du fait qu'une population vieillissante pèsera davantage sur l'économie et les pays travaillent actuellement au changement de leurs accords de retraite pour refléter ceci. Le Dr Zaidi conclut sur un avertissement : « Ainsi, en l'absence d'une réponse comportementale consistant à épargner davantage et à travailler plus pendant la vie active, le risque de pauvreté pour les futures populations âgées dans les pays de l'UE continuera à augmenter ».

Pour tout renseignement complémentaire, consulter Euro.centre.org
La pauvreté parmi les personnes âgées plus faible dans les nouveaux États membres de l'UE


Publié le Mardi 5 Septembre 2006 dans la rubrique Social | Lu 6423 fois