Sommaire
Senior Actu

La passion des métiers, chronique par Serge Guérin

Après être intervenu en amont de l’Assemblée Générale de l’Arefo et de l’Arpad, j’ai eu la chance de recevoir des mains d’Alain Lecerf, le premier exemplaire d’un magnifique ouvrage intitulé « Passion des métiers », rédigé par les habitants des établissements pour personnes âgées (Ehpad et Logements-foyers) gérés par les deux associations.


Le livre propose une plongée dans l’histoire sociale à travers le regard et le témoignage de ces personnes qui ont conservé avec leur travail une relation d’identité et de passion. Il y a quelque chose de touchant à parcourir les illustrations et lire ces textes qui témoignent d’un temps largement révolu, de métiers parfois disparus, de mémoires souvent retenues.

Passion des métiers est aussi une jolie façon pour les dirigeants et les salariés des résidences de favoriser un projet commun au service et pour le plaisir des personnes habitants les Ehpad ou les logements-foyers. Ces femmes et ces hommes témoignent avec des mots simples, des mots beaux, de la réalité du temps jadis qui est parfois très proche.

Nous ne sommes pas dans le devoir de mémoire mais dans le plaisir de mémoire. Personne ne se sent obligé, personne n’a besoin de prendre la pose. Il s’agit juste de raconter et de se raconter. Dans sa préface, Alain Lecerf, le directeur général des deux associations parle de « passage de témoins » pour expliquer le but de cet ouvrage. Mais il est trop modeste : Passion des métiers jette une passerelle entre deux époques qui ont plus de points communs que ne le croient ceux qui ne conçoivent le futur que comme un espace sans racines. .../...
La passion des métiers, chronique par Serge Guérin

Plus largement ces deux associations portent des valeurs fortes au service d’un projet de vie pour les habitants des résidences, mais l’on sent aussi une attention réelle aux attentes des salariés. Il y a, par exemple, cette notion de « maîtresse de maison » propre à ces résidences qui indique qu’une personne, ancienne infirmière, est là pour assurer le lien entre tous, permettre une médiation et une compréhension des enjeux.

On sait combien ces métiers au service du grand âge sont parmi les plus difficiles à réaliser. Chacun est souvent bien seul pour assumer sa charge. Tous les regroupements sont de bonnes choses quant ils permettent de confronter les expériences, d’écouter la diversité, d’échanger les sentiments.

A regarder l’assemblée ce jour là, j’avais confirmation que l’on ne reste pas dans ce type de métier par inadvertance !

Serge Guérin
Professeur à l’ESG


Publié le Lundi 8 Octobre 2007 dans la rubrique Chroniques | Lu 2864 fois