Sommaire
Senior Actu

La moitié des retraités estiment que leur niveau de vie s’est dégradé une fois à la retraite

En partenariat avec le syndicat de la presse quotidienne régionale, la fondation d'entreprise Le temps des villes a commandé auprès d'OpinionWay un sondage sur la place des aînés au cœur de nos villes et de nos territoires. En voici les principaux résultats…


Une majorité de Français (77%) anticipent une diminution de leur niveau de vie à la retraite, un sentiment plus prononcé chez les individus habitant le Sud Ouest ou dans des villes moyennes de 20 à 100.000 habitants (85% chacun). Les retraités sont plus nuancés, seuls 56% d’entre eux estiment que leur niveau de vie s’est dégradé depuis qu’ils sont à la retraite (70% pour les Parisiens) alors que 35% estiment qu’il est resté le même.

Pour préparer leur retraite les Français sont 65% à se constituer une épargne, ou à placer de l’argent, 25% à s’informer sur les projets qu’ils souhaiteraient réaliser durant cette période de leur vie et 23% à souscrire des contrats d’assurance.

La vision que se font les Français de la vieillesse est duale, si c’est un moment de la vie qui se caractérise d’abord par une dégradation de sa santé (54%), il s’agit aussi d’une période où l’on dispose de temps pour s’occuper de ses petits-enfants, pour voyager (44%). La dépendance physique est aussi une des caractéristiques de la vieillesse pour 31% des Français, en quatrième position derrière l’expérience (37%).

La vieillesse est un moment de vie à la fois hédoniste que l’on doit d’abord consacrer à s’occuper de soi (33%) mais aussi altruiste où l’on a du temps pour s’occuper des autres, de sa famille (28%). L’entourage comme premier soutien des personnes âgées, dont les Français perçoivent une dégradation des conditions de vie

Pour une majorité de Français (55%) les conditions de vie des personnes âgées se sont dégradées au cours des dernières années.

A la question de savoir sur qui les personnes âgées peuvent compter, les Français répondent qu’elles peuvent prioritairement compter sur leur entourage (75%), bien avant les pouvoirs publics (16%), la responsabilité perçue des pouvoirs publics augmentant avec l’âge (24% chez les 50-59 ans).

Le problème de la dépendance est d’abord vu comme un problème médical (44%), avant d’être un problème financier (29%) et affectif (20%). Les principaux problèmes que rencontrent les aidants en charge d’une personne âgée dépendante sont d’abord le manque de temps (48%) avant les problèmes financiers (22%) et les difficultés à trouver une aide dans l’entourage familial (12%).

Les gérontotechnologies, un espoir encore peu connu et qui suscite de réelles attentes de la part des Français
Les Français dans leur ensemble s’estiment mal informés sur les gérontotechnologies (73%) même s’il faut souligner que cette proportion diminue avec l’âge (61% des 60 ans et plus).

Deux technologies pouvant faciliter la prise en charge des personnes âgées semblent prioritaires, d’une part ce qui concerne la substitution sensorielle (78%) et d’autre part les aides techniques à la motricité (73%).

Ces technologies sont encore perçues comme coûteuses, ce serait d’ailleurs là le principal frein à leur développement (96%), avant les difficultés d’apprentissage qui leurs sont liées (34%). Des attentes fortes relatives au rôle que doivent tenir les pouvoirs publics dans la prise en charge des personnes âgées, notamment en terme d’accompagnement, matériel et financier

En fonction de l’âge, les attentes à l’égard des pouvoirs publics dans l’aide aux personnes âgées dépendantes diffèrent : les plus jeunes attendent des pouvoirs publics qu’ils viennent d’abord en aide financièrement aux personnes âgées dépendantes (35% des 35-49 ans) alors que les plus âgés attendent d’abord un soutien dans l’accès aux soins (37% des 60 ans et plus), les questions de sécurité et de mobilité étant perçues comme moins prioritaires, quel que soit l’âge

La publicisation des actions menées par les pouvoirs publics reste un enjeu majeur, seuls 45% des 60 ans et plus savent ce que leur ville propose en faveur des seniors, 32% pour celles menées par le département. En revanche, lorsqu’on connait ces actions, le niveau de satisfaction lié est élevé : 85% pour les bénéficiaires des actions menées par la commune et 81% pour celles menées par le département.

Sur le plan des attentes en matière de services, qu’ils proviennent de la commune ou du département, ce sont les questions relatives aux services à la personne et au maintien à domicile qui ressortent en priorité.

Source : Sondage OpinionWay – FE Le temps des villes


Publié le Mardi 2 Mars 2010 dans la rubrique Social | Lu 2258 fois