Sommaire
Senior Actu

La jeunesse mélancolique et très désabusée d'Adolf Hitler de Michel Folco : quand le plus banal des enfants devient un monstre

Michel Folco, que l’on connaît pour ses romans hauts en couleurs, en inventions, et en trouvailles narratives, rencontre cette fois un personnage bien réel, trop réel. Et quel personnage ! Celui par qui tant d’injustices et de malheurs vont naître, Adolf Hitler.


Mais Michel Folco n’est pas un biographe, même si ses ouvrages sont minutieusement documentés. Avec toute sa fantaisie, son humour décapant, il s’applique à nous conter comment le plus banal des enfants peut receler le plus effrayant des monstres. « Le roman, ici, dépasse tous les livres d’histoire » souligne l’éditeur sur son site Internet.

L’auteur n’avait pas craint de mettre en scène Napoléon ou Freud. Il a choisi ici de monter la barre d’un cran. C’est la face mystérieuse et partiellement inconnue d’Hitler qu’il aborde : son enfance et sa jeunesse, dont nous savons peu de choses. La force de l’ouvrage tient à la banalité du personnage.

Bien sûr, ses origines furent incertaines. Bien sûr, son talent était médiocre. Bien sûr, sa mère mourut trop jeune. Bien sûr, ses passions n’avaient rien de flamboyant ni d’exceptionnel. Mais, au fur et à mesure qu’on avance dans ce livre étrange, grandit un personnage dont la détermination, peu à peu, nous perturbe. Car on ne peut décrypter l’enfance d’Hitler sans imaginer son avenir, sa puissance destructrice, la fascination qu’il exercera sur une grande part de son peuple, lui qui est si peu fascinant.

Et c’est tout le talent de Michel Folco que de se glisser dans cet interstice : pourquoi le plus ordinaire des hommes en lui recèle-t-il Hitler ?

Lire également dans Le K de Dino Buzzati, la nouvelle intitulée Pauvre petit garçon… L’histoire de Dolfi, un garçon de cinq ans qui n’est ni blond, ni robuste, ni fort comme les autres. Les enfants du même âge se moquent de lui…

« Qu’ils s’appellent Hitler, Capone ou Dillinger, petits ils écoutaient leur mère… » Eddy Mitchell dans L’important c’est de bien aimer sa maman.
La jeunesse mélancolique et très désabusée d'Adolf Hitler  de Michel Folco : quand le plus banal des enfants devient un monstre

La jeunesse mélancolique et très désabusée d'Adolf Hitler de Michel Folco
Editions Stock
Prix : 20,00 euros
352 pages


Publié le Lundi 26 Juillet 2010 dans la rubrique Culture | Lu 2621 fois