Sommaire
Senior Actu

La génération des quinquas et plus va révolutionner l’image de la mode senior

Alors qu’ont lieu actuellement les défilés de mode prêt-à-porter printemps/été 2007, une chercheuse de l’Université du Queensland (Australie), Mair Underwood, spécialisée sur les questions du vieillissement, estime que les quinquas et plus d’aujourd’hui vont totalement révolutionner l’image de la mode senior.


Photo Gilles Bensimon
Terminé le temps des blouses à fleurs en nylon, des chaussures privilégiant uniquement le confort au détriment du look. La jeune génération de seniors -les quinquas/sexas- semblent déterminée à faire attention à son apparence, à soigner son allure, indique une étude réalisée par Mair Underwood, spécialiste australienne du vieillissement.

Selon cette chercheuse, les seniors sont résolus à casser l’image qui veut qu’avec l’âge on ne se préoccupe plus –ou plus beaucoup- de savoir ce que l’on se met sur le dos. D’ailleurs, on remarque que dans les défilés, les créateurs n’hésitent plus à embaucher des mannequins seniors. C’est le cas de Jean-Paul Gaultier, qui pour sa dernière collection de prêt-à-porter printemps/été 2007 a fait appel à Ingmari Lamy de l’agence Masters, spécialisée dans les modèles de plus de 45 ans.

Mair Underwood a donc étudié les comportements de personnes âgées de 45 à 70 ans. Et selon les résultats de son enquête, la génération des baby-boomers -née entre 1946 et 1964- « va tout faire pour combattre les effets du vieillissement. Je ne crois pas qu’ils vont se laisser aller et se laisser dépasser par les autres générations. Je crois qu’ils vont véritablement faire évoluer la manière dont on s’habille en vieillissant » indique cette spécialiste.

D’autre part, cette étude a révélé une totale acceptation sociale de la chirurgie esthétique et de toute la panoplie des produits anti-âge. « Les gens sont de plus en plus enclins à tenter de retarder les effets du vieillissement » explique-t-elle. En règle générale, les moins de 60 ans se disent prêts à avoir recours à la chirurgie ou au Botox. A l’opposé, les plus âgés acceptent leur corps tel qu’il est. « Nous sommes toujours les mêmes, c’est simplement notre corps qui a changé » remarquent les septuagénaires.

Et Mair Underwoord de conclure que « nous sommes dans une société qui juge sur l’apparence. Cela risque d’entraîner des implications conséquentes dans un monde qui vieillit, mais où personne ne veut avoir l’air vieux ».


Publié le Mercredi 4 Octobre 2006 dans la rubrique Consommation | Lu 16099 fois