Sommaire
Senior Actu

La fréquence du syndrome métabolique diminue quand la consommation de café augmente

Selon une étude menée par une équipe de scientifiques japonais, réalisée sur près de 2.000 personnes de plus de 40 ans, la consommation de café est inversement associée à l'apparition du syndrome métabolique, un ensemble de perturbations métaboliques qui prédispose fortement au développement et à la progression de l’athérosclérose, notamment chez les seniors.


Depuis quelques années, le style de vie des Japonais a très rapidement évolué. Et ces changements semblent être associés, d’une part à une augmentation régulière de la fréquence du syndrome métabolique (ou syndrome X) et d’autre part, à une hausse de la consommation de café dans une population traditionnellement plus consommatrice de thé vert.

L'équipe de Asuka Hino* a souhaité examiner la relation entre ces deux phénomènes en prenant également en compte la consommation de thé vert. Dans cette optique, une cohorte de 1 902 japonais âgés de plus de 40 ans (785 hommes et 1 117 femmes) a été étudiée.

En 1999, tous ces sujets ont passé un examen médical. Les composants du syndrome métabolique (pression sanguine, tour de taille, taux de glucose plasmatique à jeun, profil lipidique) ont alors été analysés. Un questionnaire avait également été utilisé afin d'observer les tendances alimentaires et les habitudes en termes de consommation de boissons.

Après différentes études et analyses, il s'est avéré que tous les composants du syndrome métabolique -excepté le HDL-cholestérol- étaient significativement et inversement associés à la consommation de café mais pas à celle du thé vert. En d'autres termes, la fréquence du syndrome métabolique diminuait lorsque la consommation de café augmentait. .../...
La fréquence du syndrome métabolique diminue quand la consommation de café augmente

Afin d'expliquer ce phénomène, les chercheurs ont émis plusieurs hypothèses : ils ont notamment supposé que la caféine était à l'origine de ces observations. Ils ont alors calculé la quantité quotidienne moyenne de caféine absorbée par les buveurs de café d'une part (0,08 g) et par les buveurs de thé d'autre part (0,03 g) et ont observé la relation suivante : 0,12 g de caféine absorbée sont associés à 0 composant du syndrome métabolique, 0,11 g à 1 composant, 0,10 g à 2 et 0,08 g à 3 ou plus.

Ces effets sont donc bien observés à des concentrations de caféine qui correspondent à celles du café et non du thé. Toutefois, des études complémentaires devront déterminer si d'autres constituants du café sont également impliqués dans cet effet.

*Hino A, Adachi H, Enomoto M et al. Habitual coffee but not green tea consumption is inversely associated with metabolic syndrome: an epidemiological study in a general Japanese population. Diabetes Res Clin Pract 2007 ; 76 : 383-9.

La définition clinique du syndrome métabolique repose sur cinq paramètres, mais la présence de trois suffit à porter le diagnostic :

Tour de taille > 102 cm chez les hommes et > 88 cm chez les femmes – à moduler selon le groupe ethnique ;
Cholestérol HDL (bon cholestérol) < 40 mg/dl chez les hommes et < 50 mg/dl chez les femmes (ou sous traitement) ;
Triglycérides > 150 mg/dl (1,7 mmol/L) (ou sous traitement) ;
Glycémie à jeun > 1 g/dl (ou sous traitement) ;
Tension artérielle > 130-85 mm Hg (ou sous traitement).


Publié le Mardi 22 Mai 2007 dans la rubrique Santé | Lu 6165 fois