Sommaire
Senior Actu

La diversité des âges dans le travail : un atout pour l'activité économique

A l’occasion du lancement sur Internet du Forum Mondial HSBC sur le Vieillissement et les Retraites, plusieurs experts se sont interrogés sur ces deux thématiques : leur conclusion est qu’il faut cesser de voir dans le recul de l’âge de la retraite un moyen de résoudre les problèmes de la sécurité sociale, mais plutôt une opportunité d’améliorer nos activités.


Alors que d’ici 2030, la moitié de la population européenne aura plus de 50 ans, les experts en matière de vieillissement du Forum Mondial HSBC sur le Vieillissement et les Retraites, qui vient d’avoir lieu par le biais d’un séminaire en ligne ouvert à tous, ont estimé que « les employeurs et les gouvernements se devaient de mettre en place des politiques permettant de faire du vieillissement de la population active une opportunité plutôt qu’une menace ». Et d’ajouter qu’il faut considérer « que la diversité des âges est un atout pour l’activité économique ». Reste à convaincre les employeurs et le grand public.

Ces spécialistes, dirigés par le professeur Sarah Harper, pesponsable du « Oxford Institute of Ageing » et présidente de la « Global Commission on Ageing and Retirement » ont ainsi débattu de l’impact du vieillissement de la population active. Leur conclusion est « qu’il faut cesser de voir dans le recul de l’âge de la retraite un moyen de résoudre les problèmes de la sécurité sociale, mais plutôt une opportunité d’améliorer nos activités ».

« Les méthodes de travail ne s’adaptent pas assez rapidement. Les gouvernements doivent jouer un rôle plus important dans la suppression des obstacles à l’emploi des personnes âgées, tout particulièrement si l’on considère que les politiques d’emploi discriminatoires constituent l’une des principales raisons de leur exclusion de la population active » souligne Sarah Harper. .../...
La diversité des âges dans le travail : un atout pour l'activité économique

Des études ont permis de démontrer que dans la tranche des 50-59 ans, la rotation du personnel était deux fois moindre que la moyenne générale. D’autre part, une chaîne de distribution a démontré qu’un magasin employant des personnes plus âgées voyait une augmentation de 18 % de ses bénéfices, une réduction de l’absentéisme de 39 % ainsi qu’une réduction de 59 % de pertes sur produits.

A mesure que les consommateurs vieillissent, il est logique que les acteurs de la distribution et de la production s’adaptent. Ainsi, le modèle norvégien, fondé sur un lieu de travail intégrateur, a montré les réels avantages d’incorporer des personnes d’âges différents dans leurs équipes de travail.

Pour Ken Howse, membre du « HSBC Global Forum » et directeur de « Ageing Horizons », « nous souhaitons que davantage de personnes puissent rester en activité et choisissent de le faire. Un ensemble de mesures doit être mis en place pour y parvenir ».

De son côté, Andrew Harrop, membre du panel d’expert et responsable d’« Age Concern » a commenté le rôle des employeurs : « nombre de directions des ressources humaines de grandes entreprises sont parfaitement conscientes de la nécessité d’élargir la pyramide des âges du recrutement. Malheureusement, les responsables reproduisent les a priori de la société et appliquent en général une politique de recrutement basée sur des stéréotypes obsolètes ».

Enfin, Gordon Lishman, directeur général de « Age Concern » et commissaire du « Global Forum » a conclu que « dans notre société vieillissante, l’économie fera de plus en plus appel aux compétences des travailleurs plus âgés, tandis que des milliers parmi eux seront obligés de quitter leur travail et que le droit de choisir le moment de leur départ en retraite leur sera refusé, simplement en raison de leur date de naissance ».


Publié le Jeudi 23 Novembre 2006 dans la rubrique Emploi | Lu 6046 fois