Sommaire
Senior Actu

La croisière s’amuse : la saison 1 sort en vidéo

Dans le cadre de son Opération Vintage qui a eut lieu cet été, Paramount Home Entertainment a présenté l’une des séries cultes des années 80 : la Croisière s’amuse. Des histoires d’amour impossibles, un décor de rêve, des situations désopilantes, des « guest stars » à couper le souffle, dix saisons, plus de vingt ans d’audience au top ont fait de cette série un must du petit écran. Pour le plus grand plaisir des nostalgiques, des curieux, des amoureux et des autres… Le premier volume de ce show incontournable.


Le 5 janvier 1980, les premières notes d’un générique qui allait devenir culte résonnaient dans tous les postes de télévision français. À l’écran : l’équipage sympathique d’un bateau de luxe s’escrimant à rendre chaque croisière plus exotique et plus romantique que les précédentes.

1/ À bord du Pacific Princess
Des histoires rocambolesques, des amours contrariées, naissantes, renouvelées, des gens qui se déchirent pour mieux se retrouver… Il serait facile de penser que les aventures du Pacific Princess sont imaginaires, et pourtant La Croisière s’amuse est basé sur le roman autobiographique de Jeraldine Saunders, hôtesse sur un bateau de croisière où elle a pu observer à loisir les plaisanciers. Cela la conduisit à compiler tous ses souvenirs croustillants dans ce qui allait devenir un best-seller des années 70, The Love Boats. Aaron Spelling, le pape de la série télévisée, trouva dans ce livre matière à créer une série devenue complètement culte !

2/ Une équipe au service des autres
Des membres d’équipage dévoués corps et âme à leurs hôtes et qui se laissent eux-mêmes emporter par les affres de la romance, c’est ce que vivaient les personnages de la série, le capitaine Stubing, Isaac le barman au sourire jovial et communicatif, Gopher le chef de cabine, le Doc, ou la jolie Julie, seule femme de cet équipage à la testostérone bien marquée. À l’origine un téléfilm, Aaron Spelling lança très rapidement la production de la série télévisée. Le succès fut immédiat, récoltant nombre de nominations aux Golden Globes et Emmy Awards. Aaron Spelling, le producteur des séries à succès qu’on ne compte plus telles que Drôles de Dames, Starky & Hutch ou Dynastie, venait une nouvelle fois de trouver la formule parfaite.

3/ Love, exciting and new…
La musique du générique est peut-être aussi connue que la série elle-même. On la doit au compositeur Charlie Fox et au parolier Paul Williams. Charlie Fox est entre autres connu pour son travail sur Barbarella, il a également longtemps travaillé sur Happy Days. Lorsqu’il s’attache à la chanson Love Boats, c’est la seconde fois qu’il crée une musique qui traverse les frontières et le temps puisqu’il avait déjà composé un autre générique mondialement connu une année auparavant, celui de Wonder Woman !

Paul Williams quant à lui est le parolier d’un film culte de Brian de Palma, Le Fantôme de l’opéra, en 1976. Sa carrière compte de nombreuses collaborations notamment sur La Planète des singes, avec des groupes phares des années 60 comme les Carpenters ou les Monkeys, et plus récents tels que les Scissor Sisters.

4/ Des « guest stars » de luxe
On ne compte plus les stars du petit ou du grand écran qui ont foulé la passerelle menant au Pacific Princess, des acteurs et des actrices, des chanteurs et des chanteuses, des mannequins à l’aura internationale. L’actrice et célèbre pin-up des années 50 Zsa Zsa Gabor, la splendide James Bond Girl Ursula Andress, Peter Graves, le Jim Phelps de la série Mission impossible, Michael J. Fox, Tom Hanks, Janet Jackson, les Village People, le Français Jean-Pierre Aumont ou encore Vanessa Williams, la terrible Wilhelmina Slater d’Ugly Betty. Tout au long de ses multiples saisons, le ponton du bateau est devenu un véritable who’s who des peoples les plus courus du moment, autre preuve s’il en est besoin du succès mondial de la série.

Prix de vente conseillé du volume 1 : 24,99 € TTC.
La croisière s’amuse : la saison 1 sort en vidéo




Publié le Jeudi 23 Octobre 2008 dans la rubrique Culture | Lu 5393 fois