Sommaire
Senior Actu

La criminalité senior a été multipliée par trois en dix ans au Japon

Depuis quelques temps déjà, des statistiques officielles montrent qu’au Japon, la criminalité senior (ou crime gris) est en constante augmentation. Ainsi, de nouvelles données parues dans la presse nippone fin de semaine dernière, ainsi que dans une dépêche de l’agence Reuters, indiquent que la délinquance des plus de 65 ans a triplé au cours des dix dernières années.


Alors que le Japon connaît un vieillissement de sa population sans précédent, qu’en 2005 déjà, un Japonais sur cinq était âgé de 65 ans et plus et que cette proportion devrait doubler d’ici 2050, la police du Pays du soleil levant doit faire face à une forte augmentation du « crime gris ».

Ainsi, selon les derniers chiffres de l’Agence de la police nationale (NPA), publiés dans la presse nippone, entre janvier et novembre 2007, 44.928 seniors de plus de 65 ans ont été arrêtés pour des crimes ou des délits, soit 3,5 fois plus que les 12.818 personnes de la même tranche d'âge arrêtées pour toute l'année 1997.

Les statistiques relatives à la criminalité senior sur les onze premiers mois de l’année montrent une hausse de 4.5% des crimes et délits par rapport à la même période sur 2006. D’autre part, toujours sur 2007, les plus de 65 ans ont commis 1.705 agressions contre une centaine seulement il y a dix ans. Toujours selon ces relevés de la police, environ la moitié des aînés appréhendés ont été arrêtés pour des vols à l’étalage. De fait, désormais, les seniors nippons commettent presque autant de larcins que les adolescents…

Selon les experts en criminologie, cette augmentation de la criminalité chez les seniors s'expliquerait principalement par la paupérisation des plus de 65 ans, par l'explosion de la cellule familiale et par l'isolement des personnes âgées. .../...
Tokyo

Une nécessaire adaptation des prisons

Compte tenu de l'évolution démographique d'une part et de cette criminalité senior qui augmente d'autre part, les quelques soixante-dix centres pénitenciers japonais commencent à s'adapter aux nouveaux besoins de ces détenus âgés.

Certains sont maintenant équipés de rampes pour les fauteuils roulants, de poignées dans les salles de bains et des infirmières spécialement formées aident les prisonniers à prendre leurs repas. « Il ne faut pas pour autant considérer que les prisons deviennent des maisons de retraite » précise cependant un employé du ministère de la Justice. Les prisonniers âgés, même s'ils sont diminués physiquement ou intellectuellement, doivent continuer à travailler. Leurs tâches sont simplement allégées, simplifiées ou alors ils réalisent moins d'heures.


Publié le Lundi 17 Décembre 2007 dans la rubrique Société | Lu 7346 fois